Les actualités LGBTQI+ du mois des fiertés 2022

Le début du mois de juillet annonce malheureusement la fin du mois Pride. Ces dernières semaines, on a pu voir nombre d’entre vous défiler, vous rassembler, vous mobiliser pour vos droits et ceux des personnes LGBTQI+. Et pour cela, notre équipe vous remercie.

Mais inutile de faire de grandes introductions. Vous êtes certainement ici pour vous informer et revenir sur ce qu’il s’est passé durant le mois Pride 2022. Et vous allez pouvoir le constater, il y a eu de nombreuses mobilisations et de nombreux changements à toutes les échelles, partout dans le monde. On vous souhaite donc une excellente lecture et/ou écoute de ces actualités LGBTQI+ du mois des fiertés 2022.

Drapeau-LGBT Actualités LGBTQI+ juin 2022

Nous souhaitions à nouveau vous rappeler que vous participez directement à faire avancer vos droits et ceux des personnes LGBTQI+ en montrant votre soutien, partageant notre contenu, mais également lorsque vous allez faire un tour dans notre boutique.  Aussi, et si vous ne l’avez pas déjà fait, n’hésitez pas à vous procurer drapeaux, accessoires, vêtements, et bien plus encore pour montrer au monde vos vraies couleurs, et ce bien plus que durant les événements du mois des fiertés mais également toutes les autres occasions Pride tout au long de l’année.

Que peut-on espérer pour les droits des personnes LGBTQI+ après les législatives ?

Considérées comme une défaite pour le gouvernement du Président français fraîchement réélu, les législatives ont suscité de larges débats et affaires dans tous les domaines. C’est l’occasion pour nous de regarder d’un peu plus près ce que les résultats voudront dire pour les personnes LGBTQI+ sur les cinq prochaines années.

Tout d’abord, on notait que l’ancienne ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances Élisabeth Moreno cédait sa place après avoir perdu son siège aux législatives au profit de la NUPES. Elle perdait donc également son poste au sein du gouvernement comme le veut l’usage, et laissait sa place à Isabelle Lonvis-Rome. Cette dernière, juriste, autrice et femme politique de 59 ans est également connue pour avoir fondé en 2002 l’association «Femmes de liberté», ce qui va dans le sens de son combat personnel pour les droits des femmes. Elle a écrit de nombreux livres tels que son dernier «Liberté, égalité, survie» et «Ensemble pour les droits des femmes !» co-écrit avec Giula Clara Kessous.

Elisabeth Moreno Ministre déléguée chargée égalité femmes hommes devant son ministère

Sur un ton moins joyeux, on a pu assister à une avancée de l’extrême droite lors des dernières élections entraînant une opposition renforcée au gouvernement en place mais également aux droits des personnes LGBTQI+. On voyait notamment Marine Le Pen et son camp se rapprocher de Viktor Orbán sur des sujets au niveau européen. On pouvait également noter la volonté de Zemmour d’interdire toutes les associations politisées, ce qui inclût les entités pro-LGBTQI+, féministes, antiracistes, … dans les institutions éducatives françaises. Avec un nombre plus important de siège donné à ces extrêmes, on peut s’attendre à ce que les avancées déjà très lentes sur certains sujets laissent place à un status quo. On peut toujours s’estimer heureux·ses puisque nous aurions pu avoir pire dans le cas où ces extrêmes accédaient au pouvoir lors des élections présidentielles.

On peut finir sur un fait plus joyeux en évoquant le cas de Louis Boyard, un jeune député LFI (La France Insoumise) de 21 ans élu dans la 3ème circonscription du Val-de-Marne. Ce dernier, ancien étudiant en droit, veut mettre en avant l’importance des questions écologiques, de la précarité étudiante, mais également de la place des femmes dans la société ou des droits des personnes LGBTQI+. Et ce n’est pas son jeune âge qui l’arrêtera. Il s’est notamment fait entendre sur TPMP en tant que chroniqueur et annonçait aux Grandes Gueules de RMB qu’il allait «secouer l’Assemblée».

Ce petit retour sur les résultats des élections semblait nécessaire malgré l’actualité liée aux législatives qui était déjà très chargée ces dernières semaines dans tous les médias. Nous verrons donc ce que ce mélange assez mitigé pourra donner sur les cinq prochaines années en terme de droits pour les personnes LGBTQI+.

Les marches des fiertés en France

Il est difficile de vous résumer ici absolument tous les événements et toutes les actions inclusives qui se sont déroulés en France le mois dernier. Aussi, permettez-nous par avance de présenter nos excuses pour toutes ces actions arc-en-ciel qui ne seront pas mentionnées ici. Nous allons tout simplement essayer de vous faire part assez rapidement de ce qu’il s’est passé dans quelques unes des plus grandes villes françaises.

Tout d’abord, commençons par la capitale. Paris accueillait plusieurs marches et événements ces dernières semaines, et continuera à en accueillir dans les mois à venir. Ce qui aura fait le plus de bruit reste la marche des fiertés parisienne 2022 ainsi que la seconde édition de la Pride des banlieues. La première s’est démarquée en réunissant, selon les organisateurs, plusieurs centaines de milliers de personnes. Forte de l’annulation des précédentes éditions à cause du contexte sanitaire, l’appel à la mobilisation avait pris une ampleur sans précédent pour rappeler que la France a encore beaucoup à faire en terme d’inclusivité et d’avancement des droits des personnes LGBTQI+. Parmi les participants, on retrouvait notamment de nombreuses figures politiques et les représentant·e·s de plus de 80 associations venus montrer leur soutien et continuer le combat pour l’égalité de toutes et tous. Un peu plus modeste en terme de chiffres, la seconde Pride des banlieues restait un événement à succès avec plus de 10 000 participant·e·s et de nombreuses associations, personnalités et artistes rejoignant la marche.

Couple hommes gays devant Tour Eiffel - Paris. Pont Seine.

Du côté de Lyon, la parade des fiertés organisée le 11 juin accueillait plus de 20 000 personnes, incluant notamment des Djs et danseurs pour une ambiance dansante et festive. Mais la ville accueillait également de nombreux shows en direct à base de chansons, mousse et costumes en tout genre. Les bars et clubs de la troisième ville de France se retrouvaient bondés de monde, faisant de ce samedi un week-end à succès et laissant de nombreux souvenirs aux personnes présentes.

Organisée à la même date que celle de Lyon, la marche des fiertés de Nantes accueillait plus de 10 000 personnes dans un cortège serré en plein centre-ville. Et le slogan allant avec la marche de cette année était «France pays des Lumières, société binaire, société d’hier». Pour l’occasion, la Mairie de la ville avait même fait repeindre les «marches des fiertés» pour leur redonner toutes leurs couleurs.

Du côté de Bordeaux, la ville se rassemblait durant sa parade annuelle sous les couleurs arc-en-ciel et le slogan «À nos identités plurielles». Djs, chars, discours des associations, défilé, animations… La capitale du monde du vin proposait de nombreux événements et activités pour divertir participants et passants. Un petit incident à déplorer tout de même : l’armature métallique d’un char est malheureusement tombée sur la foule faisant six blessé·e·s, dont trois graves.

Il y aurait beaucoup d’autres villes et événements à mentionner ici, mais vous avez certainement une idée générale de ce qu’il a pu se passer ces dernières semaines dans les villes françaises en matière d’inclusion des personnes LGBTQI+. Si vous voulez en savoir plus, nous avons dédié la partie suivante aux actions menées par les entreprises, ce qui inclût quelques autres initiatives dans l’Hexagone.

Les entreprises se mobilisent pour le mois Pride 2022

Comme mentionné un peu plus haut, nous allons maintenant nous concentrer sur des actions arc-en-ciel menées par des entreprises durant ce mois des fiertés 2022. Il y aurait également beaucoup trop de mentions à faire pour les inclure toutes ici. Nous avons donc sélectionné certaines initiatives qui nous paraissaient importantes, que ce soit parce qu’elles concernent particulièrement la France, qu’elles touchent un grand nombre de personnes, ou simplement grâce à leur originalité.

Tout d’abord, on notait quelques initiatives touchant en particulier la France. C’était par exemple le cas au niveau de Disneyland Paris et de sa Pride ayant fait venir de nombreux artistes internationaux dans le parc. On comptait par exemple Becky Hill, Mika, ou encore Bilal Hassani. Un bel événement qui aura ravi de nombreux fans du parc et continue de présenter Walt Disney comme un visionnaire ayant créé un monde plus inclusif que nos sociétés actuelles.

Disney Pride logo Mickey Mouse arc-en-ciel

The North Face organisait une action inclusive assez originale avec sa randonnée à Chamonix. L’initiative voulait à la base favoriser l’inclusion des personnes LGBTQI+ dans le monde du sport. Mais The North Face est allé plus loin en travaillant directement avec quatre collectifs européens et en leur versant une donation à hauteur de 10 000 euros chaque. L’entreprise indique également sur son site web qu’elle fera un don de 100 000$ à Brave Trails, une association poussant les jeunes personnes LGBTQI+ à découvrir la nature. Et tout cela en plus de proposer des collections Pride tous les ans.

Du côté du célèbre développeur de jeux vidéos Riot Games basé à Los Angeles, on pouvait voir sur les réseaux sociaux leurs équipes participer à des marches des fiertés. Mais l’entreprise allait plus loin en proposant un événement Pride directement sur son jeu phare League of Legends avec des cosmétiques destinés aux personnes queers et leur permettre de montrer leurs vraies couleurs en partie.

Apple continue toujours ses efforts dans la chasse aux discriminations LGBTphobes et racistes, mais lançait également cette année deux nouveaux bracelets Pride pour leurs Apple Watch. Les montres pouvaient également changer leur apparence directement sur l’écran avec des nouveaux designs arc-en-ciel.

Enfin, et pour ne citer que ces exemples puisqu’on pourrait continuer encore longtemps, on terminera sur l’exemple de Microsoft qui reste une entreprise pionnière à ce niveau avec l’inclusion dès 1989 de l’orientation sexuelle dans sa politique anti-discriminations. Cette année, l’entreprise proposait de nombreux accessoires tels que ses manettes Pride pour la console XBOX affichant de nombreux drapeaux LGBTQI+ et leur explication. Mais on pouvait également retrouver des témoignages LGBTQI+ sur la page d’accueil de leur site, des fonds d’écran inclusifs, un sticker pour ordinateurs portables rassemblant à nouveau de nombreux drapeaux LGBTQI+, … En somme, Microsoft confirmait à nouveau cette année qu’ils ne s’arrêteraient pas en matière d’inclusivité, et renouvelle son engagement pour les personnes LGBTQI+ durant le mois Pride et tout le reste de l’année.

La marche des fiertés d’Oslo annulée suite à deux fusillades

Alors que la marche des fiertés d’Oslo approchait à grands pas, les événements arc-en-ciel et festifs ont pris un tout autre tournant après deux tragiques incidents. En effet, deux fusillades frappaient la capitale norvégienne, dont la seconde dans le London Pub qui est le plus ancien bar gay de la ville.

Faisant deux morts et vingt-et-un blessés au total, l’auteur était déjà connu des services du Renseignement Intérieur pour ses liens avec les mouvements radicaux islamistes et un casier judiciaire déjà bien rempli par des actes de violences avec armes blanche, possession de narcotiques, tentative de meurtre, …

L’homme d’origine Iranienne et âgé de 42 ans est à l’heure où nous écrivons ces lignes en détention, et restera isolé du monde extérieur jusqu’au 25 juillet prochain. Les forces de l’ordre norvégiennes indiquent que l’accusé d’acte terroriste et crimes de haine refuse de parler par «peur que ses propos soient manipulés par ses interrogateurs et interrogatrices».

Gay Pride Montpellier 2019 - Personne costumée avec drapeau LGBT 1979

Ayant eu connaissance des fusillades, les organisateurs de la Pride d’Oslo suivaient les recommandations des forces de l’ordre et annonçaient l’annulation du rassemblement arc-en-ciel sur la plateforme Facebook. Néanmoins, cette interdiction n’a pas empêché des milliers de Norvégien·ne·s de descendre dans les rues muni·e·s de drapeaux arc-en-ciel pour montrer leur fierté et leur volonté de ne pas reculer face à ce genre de menace. Mais ils apportaient également avec eux des bouquets de fleurs afin de rendre hommage aux deux victimes des fusillades et montrer leur soutien aux familles directement sur les lieux du drame.

Le début de la fin pour le «leader du monde libre» ?

Vous l’avez certainement déjà entendu puisque c’est l’une des actualités majeures de ces derniers jours : la Cour Suprême des États-Unis ouvrait la voie à l’interdiction de l’avortement dans les différents États du pays. Et il n’y a pas que le droit à l’avortement qui est menacé, d’où cette question qui nous semble assez pertinente à se poser : Est-ce le début de la fin pour le pays qui se proclame toujours «leader du monde libre» ?

On avait déjà évoqué le fait que l’Amérique reste divisée suite aux dernières élections présidentielles voyant Biden remplacer Trump à la tête de l’État. Notamment, on voit les extrémistes monter en puissance ces dernières années sur fond de racisme, patriotisme, et autres revendications de droits fondés sur des discriminations en tout genre.

Et sur le sujet de l’avortement qui vient à nouveau attiser les flammes, la Cour Suprême semble vouloir à présent se tourner vers d’autres points sensibles. C’est en tout cas ce que déclarait l’un des juges les plus conservateurs de la Cour, Clarence Thomas, ce dernier voulant revoir toutes les jurisprudences touchant à la vie privée. Sa volonté de révisions inclût notamment l’arrêt Lawrence v. Texas qui rendait légaux les rapports sexuels entre personnes de même sexe, mais également l’arrêt Obergefell V. Hodges qui a ouvert la voie au mariage pour toutes et tous.

C’est de manière relativement paradoxale que de nombreux groupes pro-LGBTQI+ et «pro-life» américains accueillaient favorablement la décision de la Cour Suprême d’annuler la décision Roe v. Wade de 1973. Là où ce verdict va partiellement dans leur sens, à savoir la possibilité pour les États de remettre en cause les interruptions volontaires de grossesses (actuellement autorisées jusqu’à la fin de la 14ème semaine en France), elle ouvre également la porte à une réévaluation des droits en matière de contraception et de mariage pour toutes et tous. Ces avancées étaient pourtant considérées comme des accomplissements importants en matière de droits au sein des sociétés démocratiques.

Même si la volonté de changements sur tous ces sujets n’est pas encore actée, on assiste potentiellement au début de la fin de la démocratie à l’américaine. Et il va sans dire que les premières victimes de cette chute seront certainement les minorités déjà largement discriminées. Si c’était bien le cas, il faudra regarder de très près comment l’Union Européenne, souvent considérée comme vassale et porte-parole de l’idéologie américaine de ce côté de l’Atlantique, tracera son futur chemin si les États-Unis redéfinissent leur trajectoire en matière de droits et d’inclusivité.

Idaho : des suprémacistes blancs arrêtés de justesse

La Norvège n’était pas le seul pays frappé par des actions LGBTphobes visant les marches Pride du mois des fiertés 2022. On apprenait que 31 personnes blanches suprémacistes américaines étaient arrêtées en Idaho alors qu’elles visaient un événement Pride local.

Fort heureusement, les membres du Patriot Front group n’ont pas eu le temps de faire des dégats, les forces de l’ordre ayant reçu une alerte de la part d’un civil ayant aperçu «une petite armée en train de monter dans un camion». Et c’est tant mieux que ce civil ait pensé à appeler les forces de l’ordre car les 31 suprémacistes étaient armés jusqu’au dent (équipement anti-manifestations, grenades, armes à feu, …) et se dirigeaient vers la Coeur d’Alene Pride organisée par la North idaho Pride Alliance dans un parc des environs.

Idaho suprémacistes blancs arrêtés avant attaque marche des fiertés

Ces 31 hommes venaient de 11 États du pays, et leur groupe est notamment connu pour appeler au «patriotisme» par des actions «fascistes à l’américaine» visant à retourner vers les valeurs et traditions de l’Amérique des pères fondateurs. Notamment, le manifeste du groupe affirme que les personnes non blanches ne sont pas américaines, mais prône également d’autres valeurs LGBTphobes, sexistes, fascistes, racistes, …

L’Idaho a donc évité le pire alors que l’actualité récente inclût déjà beaucoup trop de shootings et violences par armes à feu en tout genre. Cela aurait pu d’ailleurs entraîner des vagues de manifestations qui auraient pu à leur tour multiplier les occasions d’organiser de tels actes LGBTphobes sur le territoire américain et entraînant ainsi un cercle de violence sans fin. C’est un scénario que l’on avait déjà vu avec le mouvement Black Lives Matter. Malheureusement, et comme mentionné dans le sujet précédent, la situation outre-Atlantique semble se dégrader de jour en jour et il faudrait à ce stade un miracle pour mettre fin à ces conflits d’idéologies internes.

La marche des fiertés d’Istambul marquée par une vague d’arrestations

La Turquie d’ Erdoğan est un pays bien connu pour ses valeurs LGBTphobes et l’a à nouveau démontré le 26 juin lors de la marche des fiertés de sa capitale Istambul. En plus des nombreux participants voulant montrer leurs vraies couleurs, on pouvait retrouver les forces de l’ordre en nombre, et ces dernières n’ont pas hésité à utiliser la force.

Alors que l’événement de la Middle East Technical University (METU) était interdit depuis la marche de 2019 ayant également connu des violences, c’est une nouvelle déception pour les personnes LGBTQI+ turques et les étudiants de cette université. Les forces de l’ordre sont intervenues avant même que la marche ne commence. Ces dernières ont procédé à une dispersion de la foule et à des arrestations brutales qui se sont chiffrées à plus de 200 personnes au final.

Turquie rassemblements defenseurs droits personnes LGBT LGBTQI+

Ces arrestations se sont largement faites condamner sur la scène internationale. On retrouvait notamment Amnesty International qui demandait la «libération inconditionnelle et immédiate» des personnes emmenées de force via leur site web et les réseaux sociaux, avant de qualifier cette date de jour noir alors qu’il aurait dû être arc-en-ciel.

C’est malheureusement devenu une habitude pour le pays qui a vu la grande majorité des événements Pride de ces dernières années annulés et interdits. Mais également, les personnes LGBTQI+ turques ont plus généralement vu leurs droits reculer sous la présidence d’Erdoğan, ouvertement opposé à «l’idéologie LGBT».

Koweït : l’ambassadeur américain convoqué pour des Tweets pro-LGBTQI+

Les officiels américains basés au Koweït publiaient via leur compte Twitter un message de support aux personnes LGBTQI+ en ce mois des fiertés 2022. Malheureusement, le pays dans lequel ils sont en poste criminalise toujours les relations entre deux hommes, et est particulièrement opposé à tout droit pour les personnes LGBTQI+.

C’est donc dans ce contexte que l’ambassadeur américain s’est fait convoquer par les autorités locales pour un rappel à l’ordre. En effet, l’Ambassade publiait sur son compte Twitter un grand drapeau arc-en-ciel et affichait à ses côtés un message portant des valeurs qui ne sont apparemment pas au goût du pays, à savoir «Tous les humains doivent être traités avec respect et dignité, et doivent pouvoir vivre sans crainte, peu importe qui ils sont ou qui ils aiment».

Et pour faire entendre son mécontentement, un rappel à l’ordre et de nombreuses critiques sont tombées sur les officiels américains. Le pays d’accueil a notamment rappelé les conventions internationales demandant que «les lois et régulations du pays hôte soient respectées» par les diplomates. En plus de ce rappel, les officiels du Koweït ordonnaient aux américains de «ne plus publier ce genre de Tweet».

Un porte-parole du département d’État américain précisait suite à cet incident diplomatique que «les États-Unis font fièrement progresser les efforts déployés à l’échelle globale pour protéger tous les individus, ce qui inclût les personnes LGBTQI+, contre la violence et les abus, la criminalisation, la discrimination et la stigmatisation, et pour redonner du pouvoir aux populations marginalisées ainsi qu’à la société civile locale, ce qui inclût encore une fois les personnes LGBTQI+».

La justice japonaise ne tranche pas en faveur du mariage pour toutes et tous

Le 20 juin, une triste nouvelle nous parvenait d’Asie. Le Japon, pressenti jusqu’ici comme le pays le mieux placé pour ouvrir l’accès au mariage pour toutes et tous dans la région, en a décidé autrement. Une Cour d’Osaka, troisième ville la plus peuplée du pays, rendait son verdict : le mariage inscrit dans la Constitution restera l’union entre un homme et une femme. Ce verdict implique donc que l’interdiction du mariage entre personnes de même sexe est constitutionnelle.

Cela fait suite à une demande de droit à la libre union et à l’égalité de la part de trois couples homosexuels, cherchant également à être indemnisés pour dommages et intérêts à hauteur d’un million de yens japonais par couple (un peu plus de 7 000 euros).

Japon Tokyo Rainbow Pride - Marche des fiertés japonaise

Malgré le fait que ces couples essuyaient un refus, ils n’en restent pas moins optimistes pour l’avenir. La directrice de Human Rights Watch au Japon, Kanae Doi, déclarait : «Il y a un élan dans la société japonaise pour le changement, et la communauté LGBTQI+ ne s’arrêtera pas. Le système judiciaire est lent à changer et reste conservateur. Mais l’opinion publique japonaise est déjà favorable au mariage pour toutes et tous. Le mouvement de défense des droits LGBTQI+ peut prendre du temps pour changer le corps législatif et le système judiciaire en place, mais il est pour sûr en train de changer.»

Cette décision était la seconde en réponse à une série de poursuites déposées le jour de la Saint-Valentin il y a de cela trois années. Rendue en mars dernier, la première décision allait dans le sens contraire de la seconde. En effet, le tribunal du district de Sapporo indiquait que «la définition du mariage au Japon excluant les couples de même sexe violait les garanties constitutionnelles d’égalité».

Dans tous les cas, la capitale du pays a confirmé le mois dernier sa volonté de reconnaître le mariage homosexuel dès la fin de l’année. Tokyo pourrait donc paver la voie à d’autres districts et villes du pays qui, à leur tour, feraient peut-être pencher la balance dans de futurs cas judiciaires.

Mariage pour toutes et tous : bientôt une réalité en Thaïlande ?

Suivant un échec au Japon, direction la Thaïlande. Le pays du Sourire ouvrait étonnamment un vote au sein de son Hémicycle repoussé pendant des mois par la majorité, et ouvrant potentiellement la porte au mariage pour toutes et tous.

Et le texte fût adopté, au plus grand étonnement de toutes et tous. Avec 210 voix en faveur, 180 contre et 12 abstentions, la Thaïlande se retrouve désormais parmi les pays les plus enclins à accepter ces unions. Mais pour ce faire, le texte devra tout d’abord repasser au niveau de la commission pour des amendements avant de faire son retour à l’Hémicycle pour un dernier vote.

Bien évidemment, de nombreuses personnalités politiques et publiques s’opposent au passage de ce texte, mais on tend à voir une société thaïlandaise de plus en plus en faveur de ce changement. À côté du texte mentionné plus haut et redéfinissant le mariage, on retrouvait également un autre projet de loi sur les unions civiles. Bien que très critiqué car ce texte reviendrait à légaliser les discriminations et continuer de renier l’égalité aux personnes LGBTQI+, le passage de ce texte pourrait être un pas dans la bonne direction si le premier texte mentionné venait à échouer au second vote.

thai pride drapeau arc-en-ciel

Dans les faits, le projet de loi sur l’union civile permettrait aux couples LGBTQI+ Thailandais d’accéder à l’adoption, à l’héritage ou encore la gestion des biens. Il ne permettrait cependant pas aux couples d’accéder à la maternité de substitution (GPA), ni reconnaître les conjoints comme parents les plus proches dans les dossiers médicaux.

Il ne reste plus qu’à espérer que le texte revienne amendé sans perdre de sa substance initiale et qu’il soit adopté pour que la Thaïlande devienne le second pays d’Asie à officiellement légaliser le mariage pour toutes et tous.

Des milliers de singapourien·ne·s célèbrent le premier événement Pride post-pandémie

Le Pink Dot rally de Singapour faisait son grand retour après une longue absence des événements pride liée à la pandémie. L’occasion pour des milliers de personnes de la Cité-État de descendre dans les rues et montrer leurs vraies couleurs.

Elephant parade - Singapour

Mentionné dans notre dernier article en date concernant les adoptions et unions des personnes LGBTQI+ à l’échelle globale, Singapour reste un pays dans lequel la législation conserve les relations entre personnes de même sexe illégale et passible d’emprisonnement. Cela étant dit, les textes en question ne sont jamais appliqués de facto, mais restent tout de même une trace du colonialisme britannique ainsi qu’une menace pour les personnes LGBTQI+ de Singapour qui pourraient réveiller cette interdiction le jour où une affaire judiciaire pousse la justice à le faire.

Mais l’heure était aux réjouissances et revendications en faveur d’un changement pour des droits égalitaires pour toutes et tous. Vêtu·e·s de leurs plus beaux vêtements et accessoires roses, beaucoup réclamaient d’être entendu·e·s et considéré·e·s comme des êtres humains avec des droits égaux à leurs compatriotes. Notamment, beaucoup faisaient part de leur mécontentement face à la non-reconnaissance de l’État en matière de mariage pour toutes et tous.

De son côté, le ministre de la Justice singapourien K. Shanmugam reconnaissait que la situation était ambiguë avec une montée en puissance du soutien en faveur des personnes LGBTQI+ et les lois actuelles. Il faisait part d’une volonté du gouvernement de rechercher les meilleures solutions possibles pour toutes et tous. Cela laisse donc la porte ouverte à des changements futurs malgré un récent refus de février dernier émit par la Cour Suprême du pays de supprimer les lois interdisant l’homosexualité. Nous vous tiendrons dans tous les cas au courant des évolutions qui, nous pouvons l’espérer, seront rapides et feront de Singapour un État plus inclusif.

Partager cet article sur :

Facebook
Twitter

Cet article des actualités LGBTQI+ du mois des fiertés 2022 se termine sur cette actualité nous venant de la Cité-État de Singapour. Si vous souhaitez continuer à apprécier ce type de contenu gratuit que nous vous proposons de manière régulière, n’hésitez pas à le partager et/ou laisser votre avis dans la section des commentaires ! Votre soutien permet au contenu de ce site d’exister. N’hésitez donc pas à aller faire un tour du côté de la boutique ! Profitez-en pour vous faire plaisir et montrer vos vraies couleurs.

Pour recevoir automatiquement nos futures newsletters mensuelles vous informant des récentes actualités LGBTQI+, vous pouvez également remplir le formulaire suivant.

En vous inscrivant à notre newsletter via ce formulaire, vous acceptez de recevoir des e-mails mensuels de la part de Drapeau-LGBT.fr

S'abonner à notre Newsletter

* Champs requis

Pour ceux qui souhaitent poursuivre leur lecture, nous vous invitons à vous rendre sur notre blog pour y découvrir tous nos articles. Pour ceux qui souhaitent nous soutenir dans nos travaux de recherche et de rédaction tout en vous faisant plaisir, la boutique vous propose de nombreux produits arc-en-ciel pour vous et vos proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0