Prénoms mixtes, épicènes, et non-genrés

Le prénom est l’une des choses qui nous suit dans tous les moments de notre vie. On se fait interpeller par ce dernier de manière fréquente, que ce soit à l’oral, ou dans les lettres et e-mails que l’on peut recevoir. Nous devons également l’inscrire sur des documents officiels, des devoirs à rendre en étant étudiants, …

C’est donc un élément qui nous différencie des autres. En partant de ce constat, il y a une importance certaine dans le choix d’un prénom pour un nouveau-né. Dans le cadre d’une transition et d’un changement à l’état civil, la question du prénom peut également devenir centrale.

Affichage toilettes / WC inclusifs

Les liens de certains prénoms avec le sexe de la personne le portant est souvent fort. D’où l’intérêt que l’on peut porter aux prénoms mixtes. Voyons ensemble ce qu’il faut savoir sur ce que l’on appelle également prénom neutre, non-genré ou épicène, et quelques exemples.

Qu’est-ce qu’un prénom mixte / neutre / non genré ?

Également appelés prénoms androgynes, les prénoms mixtes, neutres et/ou non-genrés sont des prénoms qui peuvent aussi bien être portés par une femme, un homme. C’est également le cas pour toute personne s’identifiant à une autre identité de genre sortant du spectre binaire homme/femme.

Mais ces précédentes définitions concernent spécifiquement la prononciation. Lorsque l’on assiste à une homographie, c’est à dire une écriture similaire d’un prénom relatif à différentes identités de genre, on parlera alors de prénom épicène.

Pourquoi choisir un prénom mixte / neutre / non genré ?

Tout d’abord, il va de soi qu’il est plus facile pour des futurs parents de trouver un prénom que leur enfant pourra porter, et cela sans connaître ou se soucier de son sexe. Restera à se mettre d’accord sur le prénom en question, mais ça, c’est une autre histoire !

Les points négatifs

Il peut y avoir beaucoup de difficultés à porter un prénom mixte, neutre, non-genré ou épicène. Cela se manifeste en une incompréhension et des remarques de la part de la famille proche.

C’est également l’origine de moqueries lorsque l’enfant rencontrera ses nouveaux camarades de classe, et dans d’autres situations.

Enfant cache visage honte bully

On remarquera cependant que tout prénom est à l’origine de moqueries diverses et variées. Alors à quoi bon se soucier de ce détail ?

Les aspects positifs

Mais choisir un prénom mixte peut également avoir des avantages. Certains se réjouissent de porter un prénom qui a une consonance opposée à leur sexe. Selon eux, ça leur permet d’éliminer de leur vie les personnes les plus limitées d’esprit.

Pour d’autres qui voient la coupe à moitié pleine, c’est un bon moyen d’engager une conversation avec quelqu’un ! Après tout, le prénom est une manière simple de débuter une amitié avec un·e inconnu·e.

Deux adultes échangent autour d'un repas dans un restaurant

Une question d'époque

L’époque joue également beaucoup dans le choix d’un prénom. Nos ancêtres ne pouvaient pas connaître le sexe de l’enfant avant sa naissance.

Aujourd’hui, on peut le connaître dès la première échographie qui se situe aux alentours du troisième mois de grossesse. On peut en effet distinguer le sexe d’un enfant à naître à partir de la 14ème semaine après l’arrêt des règles. Un avantage donc pour choisir un prénom.

Grand-mère petits enfants faisant gâteaux

Mais nous vivons également à une époque où une historique séparation binaire des sexes est remise en question. Et en plus de cela, l’association des prénoms à consonance masculine à des femmes, et vice-versa, est également d’actualité. On voit de plus en plus d’enfants porter des noms révélateurs de ces débats au sein de nos sociétés. C’est notamment le cas pour des enfants issus de familles homoparentales. En effet, ces parents sont souvent plus affectés par la cause de l’égalité des genres, voire la suppression des différences entre les genres. Et ces convictions se traduisent dans un choix aussi important que le prénom de leur descendance.

Idées de prénoms épicènes, mixtes et non-genrés (et leur signification)

De base, il n’est pas simple de choisir un prénom, que ce soit pour un nouveau-né ou une personne trans. Mais si vous avez déjà choisi de privilégier un prénom épicène, mixte ou non-genré, c’est un premier pas conséquent. Cela réduira grandement la liste des prénoms possibles. Reste à trouver le bon, et pour ce faire, nous allons vous donner des idées :

Prénoms épicènes les plus donnés entre 2000 et 2018

Notre sélection inclut seulement les prénoms donnés au moins 5 000 fois sur la période indiquée. Un autre critère de sélection était que nous n’avons considéré un prénom comme épicène seulement lorsque le sexe majoritaire représente 80% ou moins des personnes qui portent ce prénom.

Nous préciserons à chaque prénom la part des femmes dans la distribution, le reste représentant des hommes. Il n’existe à ce jour aucune donnée officielle comptabilisée pour les personnes non-binaires. Les données utilisées proviennent de l’INSEE, et se basent sur les registres de l’État Civil.

Alix : 16 500 personnes, dont 78 % de femmes.

D’origine germanique, le prénom Alix signifie «de noble lignée». Bien que la première soit communément admise, il existe une seconde théorie qui associe Alix au prénom grecque Alexandre.

Andréa : 15 900 personnes, dont 77 % de femmes.

D’origine grecque, les Andréa portent un prénom qui symbolise la force et le courage. C’est un dérivé de Andreas, ayant notamment donné le nom français André.

Nouveau-né et sa soeur - Prénom Charlie, Alix et Andréa

Charlie : 14 900 personnes, dont 54 % de femmes.

Charlie trouve son origine dans le prénom germanique Karl, venant lui même du mot latin «karolus» signifiant fort. Karl est d’abord devenu Charles. Charlie est un prénom devenu populaire dans les années 1930 grâce à l’acteur Charlie Chaplin.

Eden : 21 700 personnes, dont 40 % de femmes.

Prénom tiré de l’Ancien Testament, le prénom Eden aurait deux origines possibles. La première vient du nom anglais Eadun qui serait traduit par les mots «Prospérité» (Ead) et «Ourson» (Hun), tandis que la seconde vient du mot délice en hébreu.

Loïs : 7 000 personnes, dont 31 % de femmes.

Dérivé du prénom Louis, Loïs signifie combattant glorieux (Hlod : gloire + wig : combat). Ce prénom d’origine germanique commence à devenir un prénom de plus en plus courant à partir des années 1980.

Nouveau-né qui dort - Prénoms Eden Louison Swann

Louison : 7 800 personnes, dont 55 % de femmes.

Tout comme le précédent, Louison trouve son origine dans le prénom Louis. Initialement Hlodowig, le prénom deviendra au fil du temps Louis, prénom choisi par de nombreux monarques français.

Sasha : 14 200 personnes, dont 43 % de femmes.

Écrit sous d’autres formes comme Sacha ou Sascha, c’est le diminutif du prénom Alexandre en Russe. Comme les prénoms Alix et Andréa cités précédemment, Sasha contient les idées de force et courage.

Swann : 5 100 personnes, dont 31 % de femmes.

Également retrouvé sous sa variante Swan, ce prénom vient de la langue anglaise dans laquelle le mot désigne le cygne. Mais Swann vient également des langues slaves et du nom Solweig, qui lui même trouve son origine dans le mot latin «sollemnia» signifiant solennel.

Autres prénoms épicènes courants

Certains noms épicènes que l’on retrouve fréquemment ne figurent pas dans la précédente liste. Alors voici une liste de certains d’entre eux :

Alex :

Trouve son origine dans le nom grecque Alexandre, il possède deux significations. La première est «celui qui repousse les hommes». La seconde est «celui qui protège les hommes».

Alexis :

L’origine d’Alexis est similaire à celle du prénom Alex.

Camille :

Prénom d’origine étrusque (Italienne), Camille désignait à Rome les assistants et assistantes de cérémonies religieuses.

Groupe copines pride parade couleurs arc-en-ciel

Claude :

Claude est un prénom épicène qui nous vient certainement d’Italie, et notamment de la très célèbre famille des Claudius. «Claudus» était le mot désignant une personne boiteuse.

Dominique :

Dominique est un prénom d’origine latine. Il vient du mot «dominicus» signifiant «voué·e à Dieu».

Gwenn :

D’origine celte/bretonne, le prénom androgyne Gwenn signifie blanc ou heureux/heureuse.

Lou :

Prénom épicène venant de nos voisins germaniques, c’est un des nombreux dérivés du prénom Louis qui signifie glorieux.

Groupe amis souriant photo groupe

Maxence :

Encore un prénom épicène d’origine latine, Maxence vient du prénom latin Maxentius, lui même dérivé du mot Maximus. Ce dernier signifie «le plus grand».

Morgan :

Morgan trouve ses origines en Bretagne, et signifie «celui ou celle né·e de la mer». Il est parfois écrit Morgann, ou Morghan.

Sam :

Prénom venant de l’hébreu «Shemu’El» ayant donné Samuel·le, Sam signifie «nom de Dieu».

Valéry / Valérie :

Du mot latin «valere» ayant pour sens «valeureux·se», le prénom épicène Valérie peut également s’écrire sous la forme Valéry.

Photo mère fille Pride parade couleurs arc-en-ciel drapeau LGBT

Quelques prénoms mixtes non-épicènes homophones courants

Aimé / Aimée :

Aimé est un prénom mixte non-épicène mais à consonance identique au masculin et féminin nous venant du mot latin «amatus». Ce mot a la signification de «aimé·e de Dieu».

Anaël / Anaëlle :

Dérivés du prénom hébraïque Anna, les prénoms Anaël et Anaëlle viennent de Hannah, qui signifie «grâce».

Ariel / Arielle :

Également un prénom hébraïque venant du mot «Ari’El», Ariel·le porte le sens de «lion·ne de Dieu».

Groupe enfants jouent avec jouets arc-en-ciel

Armel / Armelle :

Prénom breton venant de Arthmael, composé du mot mael signifiant «prince», mais également du mot arth «ours». Les Armel et Armelle seraient donc des princes et princesses ours.

Axel / Axelle :

Axel vient de l’hébreu «Absalon», prénom lui-même composé des mots père «Ab» et paix «Shalom». Ces deux mots donneraient donc le sens de «Père de la paix» aux prénoms mixtes Axel et Axelle.

Daniel / Danielle / Danièle :

L’origine de ces prénoms est également hébraïque. Composés de «Dan» (le juge) et «El» (Dieu), les Daniel, Danielle et Danièle seraient donc «jugé·e·s par Dieu».

Emmanuel / Emmanuelle :

Emmanuel est un prénom qui signifie «Dieu est avec nous» en hébreu. C’est un prénom que l’on retrouve dans la Bible, et qui prend d’autres formes comme Manuel·le ou Manu.

Pride parade homme portant drapeau LGBT Philadelphie

Frédéric / Frédérique :

D’origine germanique, Frédéric est un dérivé de Fridric. La signification associée à ce prénom est «pouvoir de la paix». Bien que moins communes, il peut également s’écrire son les formes Frederik ou Frederick.

Gabriel / Gabrielle :

D’origine hébraïque, le prénom Gabriel est une contraction de deux termes hébreux : force et Dieu. C’est notamment le prénom de l’ange venu porter le message de la venue du Christ à Marie.

Gaël / Gaëlle :

Prénom venant des peuples celtiques, les Gaël et Gaëlle sont, selon la signification du nom en tout cas, des seigneuresses et seigneurs généreux.

Gwenaël / Gwenaëlle :

D’origine bretonne/celtique, Gwenaël est un prénom qui deviendra populaire à partir des années 1950-1960 en France. Le prénom vient de deux mots : «Gwenn», la couleur blanche, et «hael», désignant une personne qui est généreuse et noble.

Photo noir et blanc rue passage piéton arc-en-ciel couleurs drapeau LGBT

Maël / Maëlle :

Également d’origine bretonne, Maël est un prénom ancien venant du mot «mael», qui signifie prince. La version masculine était relativement peu donnée en France avant la fin des années 1980.

Morgan / Morgane :

Les Morgan et Morgane sont ceux et celles né·e·s de la mer. D’origine celte et bretonne, ces prénoms sont populaires grâce aux contes et légendes.

Pascal / Pascale :

Succès éphémère des années 1960 à 1980, les prénoms Pascal et Pascale viennent du mot hébreu «pessakh» signifiant le passage.

Paul / Paule :

À la base très peu flateur, ce prénom mixte non-épicène d’origine latine vient de son équivalent «Paulus» dans la langue romaine. Ce dernier signifie petit (ou faible).

Deux amies salle classe regardant mutuellement souriant

Raphaël / Raphaëlle :

Deux mots hébreux sont à l’origine des prénoms Raphaël, et sa version féminine Raphaëlle. «Rapha» signifie guérir, tandis que «El» désigne Dieu. Les deux combinés donneraient donc «Dieu guérit».

Exemples de personnes et personnages célèbres portant un prénom mixte, non-genré, épicène…

Nous réalisons que vous donner une liste de prénoms avec très peu de détails ne sera pas de grande utilité pour choisir celui qui vous conviendra le mieux. Alors nous allons vous apporter une petite aide supplémentaire. Quoi de mieux que de le faire de manière visuelle, et en évoquant quelques exploits de personnes et personnages célèbres?

Andrea Bocelli

Célèbre chanteur lyrique italien né en 1958, il est notamment connu pour son fameux titre «Con te partirò» présenté de nombreuses fois dans des émissions françaises. Plus récemment (2017), il a collaboré avec Ed Sheeran sur «Perfect Symphony». La chanson anglo-italienne sera vue plus de 350 millions de fois sur Youtube (et continue d’accumuler des vues!).

En plus d’avoir une belle voix, Andrea Bocelli incarne également l’élégance italienne de par sa tenue. Toujours très bien habillé et bien présenté, porter le prénom Andrea est certainement une marque de respect et de goût.

Andrea Bocelli chanteur italien performance costard

Camille Combal

Les plus jeunes le connaissent très bien pour ses émissions à la radio et son humour. Camille Combal est un animateur star des radios françaises : NRJ, Virgin Radio, Europe 1, Fun Radio… Il passe sur toutes les antennes depuis la première moitié des années 2000. Camille passera également chroniqueur chez Cyril Hanouna après avoir quitté W9, et présentera chaque soir «Le poste de surveillance de Camille Combal». Il est également le présentateur actuel d’émissions populaires comme «Danse avec les stars» ou «Qui veut gagner des millions?».

Avec un visage sympathique, un humour facile, et une aisance à se faire des amis et communiquer dans les différents médias, il porte également un prénom mixte majoritairement utilisé par les femmes (75% environ en France).

Camille Combal photo profil Twitter animateur radio français

Morgan Freeman

Nouvel exemple avec, encore une fois, un prénom à consonance féminine porté par un homme. Cette fois-ci, on va parler d’un des acteurs et directeurs de films qui a marqué les dernières décennies, à savoir Morgan Freeman. De Invictus aux Batman, en passant par Gone Baby Gone et Million Dollar Baby, la carrière de Morgan est remplie de rôles majeurs.

Avec une apparence de vieux sage ayant acquit l’expérience de milles vies, il possède toujours certaines répliques qui vous marquent à vie. Un exemple qui représente notre état d’esprit est probablement le suivant : «I hate the word homophobia. It’s not a phiba. You’re not scared. You’re an asshole.» («Je déteste le mot homophobie. Ce n’est pas une phobie. Vous n’avez pas peur. Vous êtes simplement un trou du c*l»).

Morgan Freeman citation hate word homophobia drapeau arc-en-ciel symbole LGBT fond

Partager cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Nous espérons que cet article vous a plu, et que vous avez eu l’occasion d’apprendre des choses sur ce que l’on appelle prénom mixte, non-genré ou encore prénom neutre. N’hésitez pas à nous faire savoir dans l’espace prévu pour vos commentaires votre avis sur ce genre de contenu.

Si vous souhaitez soutenir l’équipe de Drapeau-LGBT.fr en plus de vous faire plaisir, un bouton ci-dessous vous ramènera vers notre boutique de produits LGBTQI-friendly. Pour ceux qui le souhaitent, plus de contenu LGBTQI+ est disponible sur notre blog. Ce dernier est accessible via le second bouton :

2 réflexions sur “Prénoms mixtes, épicènes, et non-genrés”

    1. Bonjour Swan,

      Notre équipe est ravie que cet article vous semble utile. Nous espérons que cela pourra vous servir à l’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0