Les actualités LGBT du mois d'Août 2020

Newsletter Août 2020 drapeau-lgbt.fr

Nouveau mois, et donc nouvelles actualités dans la communauté LGBT. Découvrons ensemble ce qui arriva durant ce si beau mois d’Août.

Encore une fois, ces 30 jours chargés d’actualités LGBT vous réservent des bonnes comme des mauvaises nouvelles. Nous essayons de varier un peu et mêler les deux puisque les chaînes d’actualités ne sont généralement pas signes de positif. Nous aurons l’occasion d’aller faire un tour sur plusieurs continents dans cet article. Mais arrêtons de tergiverser, venons en aux faits :

Angèle fait son coming out sur la plateforme Instagram

Commençons par notre cher pays, la France, qui compte une célébrité de plus sur la liste de celles qui sont sorties du placard. La chanteuse française Angèle qui possède, à l’heure où nous publions cet article, 2.8 millions de followers sur Instagram, vient de dévoiler qu’elle est en couple. Oui, mais pas avec n’importe qui !

En écrivant les lignes « Au moins c’est clair … enfin non pas Claire, Marie », la chanteuse envoie un indice qui pointe vers sa compagne : Marie Papillon.

Vous vous posez peut-être la question : qui est cette Marie Papillon ?

Et bien, la jeune femme est suivie par plus de 200.000 personnes sur la plateforme Instagram. Elle y publie notamment des vidéos humoristiques ou mettant en scène son chien, Bibi. Nous vous laissons aller faire un tour sur son profil Instagram directement si vous êtes intéressé(e)s !

Et bien évidemment, nous souhaitons aux deux femmes qui forment officiellement un couple tous nos vœux de bonheurs.

Altercations entre des personnes LGBTphobes et un couple homosexuel à Montpellier

Le Samedi 8 Août 2020, les forces de l’ordre de Montpellier ont procédé à l’arrestation de 4 hommes. Ces derniers, 1 majeur et 3 mineurs, étaient venus passer des vacances dans le Sud de la France. Selon les communiqués, les 4 personnes sont rentrées par effraction dans le domicile d’un couple homosexuel après les avoir vu à leur fenêtre en train de fumer.

Après avoir confirmé que c’était bien un couple homosexuel, les 4 individus originaires du Sud de Paris auraient insulté et menacé de mort les deux hommes. Les fenêtres de l’appartement auraient été cassé à coups de bouteilles de bière, et ils auraient enfoncé la porte de l’appartement. Une fois à l’intérieur, les 4 personnes auraient volé des effets personnels tels qu’une console ou une montre de valeur. L’appartement aurait été retrouvé sens dessus dessous par les propriétaires qui s’étaient réfugiés avec deux de leurs amis dans la salle de bain. Les coupables ont été retrouvé par les forces de l’ordre et seront jugés pour agression homphobe, menaces de mort, vol, ainsi que dégradation de biens.

Faits étonnants puisque Montpellier est qualifiée de ville LGBT-friendly. Son ancienne mairesse, Hélène Mandroux, avait notamment célébré le premier mariage homosexuel de France. Et cela seulement 11 jours après promulgation de la loi Taubira en Mai 2013.

La BBC, sous les critiques, maintient ses positions et défend la communauté LGBTQ+

Beaucoup de critiques récentes concernent la série « The Next Step » de la BBC. Début Août, un baiser entre les deux actrices incarnant Cleo (Danielle Verayo) et Jude (Molly Sanders) a fait l’objet de plus d’une centaine de plaintes.

La série canadienne se défend donc dans le choix du scénario. Elle défend également le fait qu’un baiser lesbien soit une chose qui « reflète tous les aspects de la vie ». La BBC continue par justifier que ce n’était pas le premier baiser homosexuel de la chaîne. De nombreuses séries et émissions diffusées affichaient déjà depuis longtemps ce genre de scénario. Et le fait de ne montrer seulement que des couples hétérosexuels ne serait pas réaliste.

BBC Pride arc-en-ciel LGBTQ+

Ce que nous en pensons, c’est que la réponse de la BBC semble être sincère et appropriée. Ce serait d’ailleurs dommage de voir l’un des diffuseurs les plus influents du Monde devoir mettre un terme aux relations LGBTQ+ dans leurs programmes. Cela ne ferait qu’entretenir le tabou autour de ces relations et conforter les téléspectateurs, parfois très jeunes, dans une idée de norme hétérosexuelle.

La situation en Pologne

Encore une fois, la Pologne est au coeur des débats en ce qui concerne les actualités LGBT en Europe ce mois d’Août 2020.

Tout d’abord, le pays a un gouvernement assez divisé sur la question LGBTQ+. En effet, le président Andrzej Duda, élu le mois dernier, est contre la communauté LGBT. Il en a d’ailleurs fait l’un des sujets principaux dans sa campagne comme évoqué dans nos actualités du mois précédent. Mais dans son gouvernement, l’un des ministres polonais devrait vous donner froid dans le dos avec ses idées. Dans une interview, alors qu’on lui mentionnait les refus de subventions pour des villes déclarées « Zone Anti-LGBT », il a déclaré que « le pays tout entier devrait être une zone Anti-LGBT ». Il va encore plus loin puisqu’il déclare l’idéologie LGBT, qu’il qualifie également d’extrémiste, contraire et incompatible à la définition de la famille et à la constitution polonaise.

Président polonais Andrzej Duda discours
Députées polonaises vêtues aux couleurs de l'arc-en-ciel - LGBT
Crédit image : EuroNews.com

D’un autre côté, des député(e)s polonais(es) manifestaient grâce à leurs tenues. Le Jeudi 6 Août, alors que le président Duda prétait serment lors d’une cérémonie dans la Chambre basse du Parlement polonais, la Diète, les député(e)s, majoritairement des femmes, portaient en signe de protestation les couleurs du drapeau arc-en-ciel. Ces député(e)s viennent notamment du Parti de Gauche, c’est à dire de l’opposition au Président nouvellement élu.

Mais le pays voit également de nombreuses manifestations et rassemblements pro-LGBT et anti-LGBT se former récemment. Ceux-ci surviennent après l’arrestation de Margot, homme non-binaire activiste en Pologne. Mais il n’était pas le seul. Les forces de l’ordre ont arrêté de nombreuses personnes qui tentaient d’empêcher cette arrestation. Margot va passer 2 mois en détention provisoire après la décision d’un tribunal. Le tribunal emet cette condamnation contre l’accusé qui avait notamment dégradé des véhicules d’associations contre l’avortement. Nous avons cependant appris en fin de ce mois d’Août 2020 que ce dernier est sorti de prison après 3 semaines en prison.

Protestations manifestants pro-LGBT Pologne
Crédit image : NBCNews.com
Drapeau Européen LGBT arc-en-ciel

Non seulement, de nombreux pays et instances comme l’Union Europénne ont condamné l’idéologie LGBT en Pologne. Mais les manifestations pro-LGBT bénéficient également d’un soutien de la part de la communauté internationale. Dans une lettre postée sur le site Wyborcza.pl, de nombreuses célébrités montrent leur soutien aux manifestants. Parmi celles-ci, on compte Isabelle Huppert, L-R James Norton, Margaret Atwood, Anne Enright, Mike Leigh, et des dizaines de personnalités supplémentaires.

Mais si vous pensiez que nous en avions fini avec la Pologne, détrompez vous ! En effet, il y a de nombreuses actualités que nous avons listé mais nous terminerons le point Pologne par celle-ci :

L’histoire de trois jeunes polonais qui ont été condamné pour … avoir mis des drapeaux arc-en-ciel dans des lieux publics. Plus particulièrement, sur des statues telles qu’une statue du Christ ou de la célèbre Mermaid of Warsaw (Sirène de Varsovie) qui se situe sur la Place de la Vieille-Ville. Bien évidemment, dans un pays aussi catholique et LGBTphobe que la Pologne, il fallait s’attendre à ce qu’il y ait des répercussions. On sait d’ailleurs que cet acte pro-LGBT est revendiqué par des militants connus pour leur page Facebook « Stop Bzdurom ».

Sirène de Varsovie statue drapeau arc-en-ciel LGBT
Crédit photo : BBC.com

Protestations d’un artiste Russe gay contre l’idéologie anti-LGBT du gouvernement de V. Poutine

Un ancien maire Russe du nom de Alexander Donskoï, qui est également artiste et homosexuel, voulait protester contre la nouvelle loi russe qui redéfinit le mariage comme l’alliance entre un homme et une femme.

Afin de montrer son mécontentement, il a décidé de passer par son côté artistique. Il a gonflé une multitude de ballons multicolores d’hélium, et a fait flotter un drapeau LGBT (drapeau arc-en-ciel) dans le ciel de Moscou. Il a appelé son travail, telle une oeuvre, “LGBT over the Kremlin” (“LGBT au dessus du Kremlin”). Bien évidemment, son objectif, comme le nom l’indique, était que le drapeau survole le Kremlin. C’est chose réussie comme le prouve la vidéo.

Deux adolescents attaquent en justice l’agence Medicaid en Arizona

Partons maintenant aux Amériques. Et commençons avec un fait divers qui concernent deux adolescents américains d’Arizona (Sud-Ouest du pays, à la frontière avec le Mexique). Ces derniers veulent effectuer une réassignation sexuelle. Mais lorsqu’ils comprennent que Medicaid (couverture santé aux USA pour des dizaines de millions d’américains) ne prend pas ce genre d’opération en charge, considérée non-essentielle, ils considèrent cela un non-respect de leurs droits.

C’est à ce moment là qu’ils décident d’attaquer en justice l’AHCCCS (l’Arizona HealthCare Cost Containement System), la branche du programme Medicaid dans l’État de l’Arizona. Nous vous tiendrons au courant des suites de cette affaire lorsque nous aurons de nouvelles informations ! Nous souhaitons en tout cas aux deux adolescents bonne chance.

AHCCCS Logo - Arizona Health Care Cost Containment System

Une officielle américaine remerciée après avoir posté sur Twitter des propos LGBTphobes

Merritt Corrigan, l’ancienne chargée de liaison de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (ou USAID en anglais) s’est faite renvoyée début Août après avoir tenu des propos LGBTphobes sur la tweetosphère. En effet, cette dernière a envoyé sur la plateforme, le 3 Août 2020, un message qui a été depuis supprimé et qui disait, et nous tenons à préciser que nous ne faisons que la citer :

Photo profil twitter de Merritt Corrigan
Photo de profil de Merritt Corrigan sur Twitter

« Je suis restée en silence trop longtemps alors que les médias m’attaquaient sur mes croyances chrétiennes, qui sont partagées par une grande majorité d’américains.
Laissez moi clarifier :
Le mariage homosexuel n’est pas un mariage.
Les hommes ne sont pas femmes.
Les roman-savons tunisiens financés par les Etats-Unis ne peuvent être appelés America First. »
Mais Merritt Corrigan ne s’est pas arrêtée là. Elle a également continué en s’attaquant aux identités LGBT+ comme une « déviance sexuelle »

L’Agence des Etats-Unis pour le Développement International a tenu à préciser que, malgré son licenciement, elle enquêterait sur tout propos LGBTphobe que Merritt aurait pu tenir lors de l’exercice de ses fonctions. L’agence confirmait également que le Monde selon elle devrait être « un endroit dans lequel tout être humain a le droit au respect, à la dignité, et qu’ils souhaitent une fin des discriminations, persécutions, violences… »

Un nouveau rapport sur la politique de Trump autorisant les discriminations à l’encontre de familles de la communauté LGBTQ+

La Chambre des Représentants aux Etats-Unis a publié un rapport sur les discriminations de la politique du gouvernement de Trump contre les foster families (familles d’accueil). A l’origine du problème, on retrouve un waiver datant du 23 Janvier 2019.

Ce dernier autorise l’État de Caroline du Sud, et plus particulièrement l’organisme en charge des placements en famille d’accueil (U.S Department of Health and Human Services – Département de la Santé et des Services Sociaux des Etats-Unis), de faire des discriminations dans leur choix de familles d’accueil et au niveau des enfants à placer. L’organisme voulait ne travailler qu’avec des familles catholiques pour le « bien-être » des enfants.

Logo US Department of Health and Human Services HHS

Bien évidemment, cela va à l’encontre de la constitution et des principes américains, mais prend aussi une direction opposée au bien-être des enfants. Les conseils d’experts allant contre cette autorisation n’ont également pas été entendu.

Le rapport publié le 19 Août 2020, que vous pouvez retrouver ici en anglais, évoque notamment les discriminations autorisées contre les familles, mais également les conséquences que cela peut avoir sur des enfants déjà traumatisés au sein du système. Les études ont été faites par deux organismes de manière indépendante. Ces derniers se sont concentrés particulièrement sur l’État de Caroline du Sud.

Couple lesbiennes et fille robe arc-en-ciel LGBT

Dans le rapport de 33 pages, on peut notamment noter que, malgré le manque de familles d’accueil, certains couples LGBTQ+ se faisaient refuser la garde d’enfants. Mais les discriminations ne s’arrêtaient pas là. On sait pertinemment que les populations les plus précaires aux Etats-Unis sont les personnes de couleur, LGBTQ+, ou minorité religieuses. Et ce sont ces mêmes populations qui étaient mises à l’écart du système de familles d’accueil. Cela ne va, bien évidemment, pas dans le meilleur intérêt des enfants qui se font refuser des familles convenables et aimantes.

La conclusion du rapport est que le Waiver de début 2019 ne peut être justifié, et qu’il va à l’encontre des meilleures options qui pourraient s’offrir aux enfants. La Chambre des Représentants demandent donc son annulation et retrait. Elle met également en avant dans ce rapport que les discriminations réduisent le nombre de familles d’accueil, à la base déjà trop peu nombreuses, et que les communautés LGBTQ en étaient les principales victimes.

Le rapport urge donc à rétablir un système sans discrimination pour le bien-être de ces enfants vulnérables. Il demande des actions immédiates et surveillées du HHS (Health and Human Services) avec consultations d’experts avant tout changement majeur. Enfin, et pour conclure, la Chambre des Représentants demande à ce que les fonds publics ne soient plus utilisés pour créer et renforcer les discriminations à l’encontre de minorités et personnes déjà vulnérables.

Plainte déposée à l’ONU pour violation des droits de l’homme par un homme gay Canadien

Nous avions parlé du cas de la France le mois dernier. Ce mois-ci, c’est au tour du Canada. Un Canadien homosexuel du nom de Christopher Karas a déposé une plainte début Août auprès des Nations Unies contre son pays. Le Canada n’autorise, pour l’instant, pas les donneurs de sang homosexuels ou bisexuels.

Drapeau LGBT Logo ONU blanc drapeau-lgbt.fr

Le jeune homme de 24 ans, avait déjà saisi la justice au Canada pour cette affaire, mais sa requête n’avait malheureusement pas abouti. Il ne s’est cependant pas laissé abattre. Il a décidé de déposer sa plainte pour violation des droits humains auprès de l’Organisme des Nations Unies.

Christopher Karas est le propriétaire de l’entreprise Karas et du site karasadvocacy.com, une entreprise qui aide à lutter notamment pour les Droits de l’Homme.

La première ville d’Alaska à interdire les thérapies de conversion est …

Bonne nouvelle pour l’état fédéré de l’Alaska (Etats-Unis) situé à l’Ouest du Canada! Une première ville vient d’interdire les thérapies de conversion. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité, ces thérapies qui visent à changer l’orientation des minorités sexuelles, donc la communauté LGBT+, font récemment la une.

Après que des plateformes comme Facebook et Instagram banissent les publicités pour ces thérapies, c’est au tour d’Anchorage, une ville de près de 300 000 habitants située sur la côté maritime au Sud de l’Alaska. Vous direz peut-être que 300 000, c’est peu. Mais cela représente près de 40 % de la population de l’État ! C’est donc un pas vers un Monde meilleur qui mérite tous nos encouragements ! C’est d’autant plus satisfaisant lorsque l’on sait que la communauté LGBT américain, ainsi que d’autres minorités aux Etats-Unis, ont vu leurs conditions se dégrader sous la présidence de Trump.

Alaska marche des fiertés drapeau LGBT EQUALITY for ALL
Crédit photo : Visit Anchorage

Trois membres des forces de l’ordre salvadoriennes jugés coupables du meurtre d’une prostituée trans

Nous partons maintenant visiter un pays plus chaud. Mais pour une affaire qui va vous donner froid dans le dos. Alors que beaucoup de pays d’Amérique du Sud sont assez ouverts à la communauté LGBTQ+ (on peut notamment citer la légalisation des mariages homosexuels dans des pays comme le Brésil, l’Argentine, le Costa Rica, l’Uruguay…), la République du Salvador ne l’est pas forcément. Beaucoup de discriminations et violences à l’encontre de la communauté LGBT restent impunies.

Photo Camila Diaz Cordova avant sa mort
Photo de Camila Diaz Cordova avant sa mort

Les trois personnes jugées coupables de meurtre sont trois représentants de la loi (National Police of El Salvador). Et la victime n’est autre qu’une prostituée transgenre salvadorienne prénommée Camila Diaz Cordova, morte en début d’année dernière (31 Janvier 2019).

Selon les faits, les forces de l’ordre auraient brutalement agressé la femme trans avant de la jeter de leur véhicule toujours en mouvement. Elle serait morte de ses blessures quelques jours plus tard dans un hôpital de San Salvador. Le juge retiendra une peine de 20 ans de prison contre les trois officiers jugés coupables de meurtre au premier degré.

Une autre affaire qui revient sur la table est celle de la déportation de Camila Diaz Cordova par l’administration américaine. En effet, beaucoup d’organismes blâment le gouvernement de Trump d’avoir renvoyé au Salvador la jeune femme transgenre alors qu’elle avait demandé l’asile aux Etats-Unis pour se protéger des violences à l’encontre de la communauté LGBT présentes dans son pays d’origine.

Si vous avez des remarques où commentaires que vous souhaitez partager par rapport à ces actualités, n’hésitez pas à utiliser la section commentaire située en dessous.

Pour ceux qui préfèrent accéder à d’autres articles de notre blog, ou nous soutenir en allant faire un tour dans notre boutique de produits LGBT, les deux boutons ci-dessous peuvent vous y amener :

L’arrêt des activités du groupe ShanghaiPRIDE pour une durée indéterminée

Nouvelle relativement triste pour l’une des plus grandes villes de Chine. ShanghaiPRIDE, le groupe Pride le plus ancien de l’Empire du Milieu, a notifié au milieu du mois d’Août l’arrêt de ses activités. Sur leur groupe Wechat et leur site web, ils ne donnent aucune raison pour cet arrêt. Simplement, un message intitulé “La fin de l’arc-en-ciel” comprennant ces lignes :

« Nous aimons notre communauté, et sommes reconnaissants pour les expériences que nous avons partagé ensemble. Peu importe ce qu’il se passe, nous serons toujours fiers, et vous devriez l’être également. »

Vous pouvez retrouver leur message complet sur leur site à cette adresse.

ShanghaiPRIDE Communauté LGBT Chinoise rassemblement Pride 2020
Photo de ShanghaIPRIDE 2020

Si vous avez des remarques où commentaires que vous souhaitez partager par rapport à ces actualités, n’hésitez pas à utiliser la section commentaire située en dessous.

Pour ceux qui préfèrent accéder à d’autres articles de notre blog, ou nous soutenir en allant faire un tour dans notre boutique de produits LGBT, les deux boutons ci-dessous peuvent vous y amener :

Inde : deux policières lesbiennes protégées par la loi après la découverte de leurs relations

Et nous allons terminer les actualités du mois d’Août 2020 sur une note positive. Nous allons donc parler de l’histoire de deux policières homosexuelles indiennes : Payal et Kanchan. Les deux n’étaient encore qu’en formation pour devenir policières lors de leur rencontre en 2017. Les deux tombèrent amoureuses et vivent ensemble depuis 2018.

Inde police femmes lesbiennes menacées
Crédit image : BBC.com

Le problème, c’est que leurs familles sont toutes les deux opposées à cette relation. Le couple de lesbiennes a même reçu des menaces suite à la découverte d’un contrat permettant, à défaut de voie officielle, de faire reconnaître leur union. Ces contrats, que l’on appelle localement Maitri Karar, permettent notamment à des hommes mariés de prendre une seconde épouse par un pacte. Et cela malgré une interdiction officielle par l’Hindu Mariage Act et une absence de reconnaissance du second mariage.

Il faut cependant se remettre dans le contexte pour le couple de policières : l’Inde est un pays qui reste assez conservateur, et où les relations homosexuelles ont toujours du mal à être accepté. Bien plus que cela, la société fait face à ce que l’on appelle des « honor killings » (meurtres pour l’honneur). Lorsqu’une famille estime que l’un de ses membres la déshonore, elle peut parfois avoir recourt à des méthodes radicales pour éliminer l’auteur de cet affront.

Pour cette raison, Payal et Kanchan saisissent l’une des Hautes Cours (High Courts of India) en demandant protection. Un juge de la Cour Suprême estimait, en 2018, que les relations homosexuelles ne constituaient plus un crime, et que deux lesbiennes peuvent vivre ensemble. Les deux femmes ont donc obtenu gain de cause et possèdent maintenant une protection armée.

Partager cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Si vous avez des remarques où commentaires que vous souhaitez partager par rapport à ces actualités, n’hésitez pas à utiliser la section commentaire située en dessous.

Pour ceux qui préfèrent accéder à d’autres articles de notre blog, ou nous soutenir en allant faire un tour dans notre boutique de produits LGBT, les deux boutons ci-dessous peuvent vous y amener :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0