Les actualités LGBTQI+ du mois d'août 2021

L’été touche à sa fin, et nous arrivons à la période de la rentrée. Que ce soit pour les enfants, étudiant·e·s ou travailleurs et travailleuses, nous allons pour la plupart retourner à notre routine quotidienne.

Pour vous aider dans votre tâche, et supposant que certains et certaines d’entre vous prennent les transports en commun, nous avons décidé d’essayer d’innover.

Cet article des actualités du mois d’août 2021 voit donc un format audio accompagner notre article et notre newsletter. Soyez indulgents, et n’hésitez pas à nous faire vos retours sur ce format. Ce n’est qu’un test, mais qui pourrait être renouvelé si cela vous plaît.

Bonne lecture à vous toutes et tous, et merci pour votre fidélité !

Drapeau-LGBT.fr Actualités LGBTQI+ Août 2021

Fabien Azoulay rapatrié en France après quatre années en détention

Nous évoquions les complications pour Fabien Azoulay il y a quelques mois dans notre article des actualités d’avril 2021. Nous avons eu des nouvelles le concernant de la part de ses avocats au cours des dernières semaines. Fabien rentrait en France le 17 août.

Lors d’un court voyage en Turquie pour des implantations capillaires, le français avait eu le malheur de commander du GBL sur internet. Les forces de l’ordre turques arrêtaient Fabien pour ce motif en 2017. Sa sentence initiale de vingt années était réduite à 16 années et 8 mois en appel. Cette dernière aurait potentiellement conduit Fabien à rester incarcéré en Turquie encore quinze ans.

Fabien Azoulay français détenu quatre années Turquie

Cependant, comme mentionné en avril, sa famille indiquait que Fabien était dans un état grave. Sous pression psychologique, victime de violences et tortures, battu, brûlé, forcé de se convertir à l’Islam… Ses conditions dans sa cellule devenaient critiques, et ses droits fondamentaux reculaient avec son temps de peine restant. Une centaine d’élus adressaient une lettre au Président de la République française pour le faire rapatrier dans le but de finir sa peine en France.

C’est donc chose faite. Le 17 août, Fabien Azoulay retrouvait la France. Il passait devant le parquet à Paris. Il était ensuite transféré à la maison d’arrêt de la Santé pour continuer de purger sa peine. Mais ses avocats comptent demander une réduction de sa peine. Conformément à la loi française, l’infraction commise par Fabien serait passible de cinq années de prison.

Un soulagement pour les nombreuses associations ayant œuvré pour sa libération, ainsi que les proches de Fabien. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il puisse bénéficier d’une réduction de peine et puisse retrouver sa liberté aussi tôt que possible.

Agression à Perpignan : le couple d’hommes porte plainte

Nous avons appris au début du mois d’août, via un communiqué de presse de LGBT66, que deux hommes mariés avaient été victimes d’une agression supposée homophobe à Perpignan. Accompagnés de l’association, ils ont porté plainte.

Le couple dînait avec une amie lorsqu’ils ont décidé de danser au rythme de la musique du DJ présent. Dans la salle, d’autres personnes participaient à un dîner d’entreprise. L’un des individus du groupe a commencé à agresser le couple en saisissant violemment les parties intimes d’un des hommes. Le mari s’est donc interposé. L’agresseur a saisi les deux hommes à la nuque avant de cogner la tête de l’un contre celle de l’autre.

Au final, les vigiles ainsi que quelques témoins de la scène sont intervenus pour protéger les deux victimes. Le couple finira à l’hôpital, et resteront deux jours en état d’incapacité temporaire totale de travail. Ils contacteront le lendemain de cette soirée LGBT66 dans l’espoir de trouver de l’aide.

Agression homophobe Perpignan communiqué presse association LGBT66

Dans son communiqué, Jean-Loup Thevenot, président de l’association précise qu’elle aidera le couple et adresse directement son message à l’agresseur et son entourage : «Nous ne les lâcherons pas. Nous nous porterons éventuellement partie civile. Nous serons vigilant à ce que la justice soit rendue dans cette affaire où l’agresseur est clairement identifié».

Nous vous tiendrons bien évidemment au courant des suites de cette affaire. Ce que l’on peut pour l’instant espérer, c’est que des charges de violences à caractère homophobe soient retenues contre l’agresseur.

Elisabeth Moreno et la gestation pour autrui

La Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes accordait un entretien au journal La Croix le 3 août. Cette dernière revenait sur de nombreux points concernant sa mission au sein du gouvernement.

Parmi les questions évoquées, on retrouvait par exemple le rôle de la Ministre dans la lutte contre les violences conjugales. Sur cette dernière, elle évoquait les nombreux progrès déjà effectués depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron (mai 2017). Mais bien que la lutte avance, la Ministre déléguée reconnaît également que les changements ne sont pas assez rapides. On recensait notamment plus d’une cinquantaine de féminicides l’année dernière dans l’Hexagone, soit une femme tous les quatre jours.

Mais elle évoquait aussi la gestation pour autrui. Elle racontait notamment son point de vue personnel, en précisant que cela n’engageait aucunement le gouvernement. Elisabeth Moreno évoquait notamment ses origines africaines où la gestation pour autrui n’est pas interdite. Elle précise notamment que «la générosité de la vie l’emporte sur le reste» là-bas.

Elisabeth Moreno Ministre déléguée chargée égalité femmes hommes devant son ministère

La Ministre vient également préciser sa position avec les potentielles dérives commerciales de la pratique. En effet, pour Elisabeth Moreno, il est hors de question que la France accueille la gestation pour autrui si cette dernière devient un commerce. Elle y fait allusion car certains pays voient l’autorisation de la GPA devenir un commerce à part entière, ce qui revient à une monétisation du corps humain impossible à ses yeux.

Nous verrons donc ce qu’il adviendra de l’ouverture de la GPA pour toutes et tous en France. Ce n’est en tout cas pas prévu sur du court terme dans l’agenda législatif français. La pratique reste donc interdite jusqu’à nouvel ordre.

Soutien des enfants trans à l’école : le gouvernement écossais publie de nouvelles directives

Le gouvernement écossais publiait le 12 août 2021 un guide à destination des institutions éducatives de la nation du Royaume-Uni. Nommé «Supporting transgender young people in school : guidance for Scottish schools» (Soutenir les jeunes personnes trans dans les écoles : conseils pour les écoles écossaises.), le gouvernement annonçait ce guide depuis juin 2019.

Shirley-Anne Somerville, Education Secretary d'Écosse jeunes trans

Ce guide de conseils s’inscrit dans la politique de l’Equality Act de 2010 et l’approche «Get it Right for Every Child» («Bien faire auprès de chaque enfant»). Ce document de 71 pages fournit en premier lieu une aide considérable aux écoles pour soutenir les enfants trans. Le document met notamment l’accent sur l’importance de l’intimité de chacune et chacun, mais également sur la mise à disposition d’espaces sûrs.

Divisé en plusieurs parties, chacune met l’accent sur les mesures à mettre en place pour favoriser l’inclusivité. On retrouve donc des manières de faire tomber les barrières, soutenir les jeunes trans, une liste de bonnes pratiques, l’essentiel à savoir au niveau législatif, ainsi que des ressources additionnelles telles que des films, livres, sites, … Le document propose également une mise en situation avec six scénarios plausibles accompagnés des points à prendre en compte.

Le document rappelle aussi l’importance de l’égalité des genres dans l’éducation et propose des mesures pour palier aux problèmes relatifs à celle-ci.

Le guide présente également un éventail de mesures de soutien, de prévention ainsi que d’intervention disponibles dans le cas de violences sexistes et comportements sexuels préjudiciables dans le système éducatif.

Groupe enfants jouent avec jouets arc-en-ciel

L’Écosse est connue pour être l’une des régions les plus inclusives en Europe. Le mois dernier, la nation du Nord du Royaume-Uni était le premier pays au monde à intégrer des leçons inclusives dans le curriculum scolaire des élèves. Cela comprend notamment des cours sur la communauté LGBTQI+ avec des thèmes comme le mariage pour toutes et tous, l’homoparentalité, les LGBTphobies, l’épidémie du VIH et du SIDA, … L’Écosse serait-elle en phase de devenir le nouvel Eldorado des personnes LGBTQI+ ? Ces mesures semblent en tout cas confirmer que la nation avance dans le bon sens.

Amsterdam commémore la mémoire des personnes LGBTQI+ victimes de l’Allemagne nazie

La Pride 2021 de la ville d’Amsterdam se déroulait du 30 juillet au 8 août. À cette occasion, la capitale hollandaise brillait de milles feux aux couleurs de l’arc-en-ciel. Pride Amsterdam organisait notamment de nombreux événements avec une marche des fiertés, des dizaines d’activités artistiques et culturelles, des activités en plein air dans des parcs ou à la plage, une parade le long du canal… Mais ce fût également l’occasion pour la ville d’encastrer 4 nouvelles Stolpersteine (Stumbling stones, ou pierres d’achoppement en français) aux 75 000 autres existantes. Parmi elles, environ 8 500 commémorent les victimes du régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale. Mais alors, pourquoi vous parler des 4 nouvelles pierres s’il en existe déjà des dizaines de milliers ?

Tout simplement parce que ce sont les premières encastrées aux rues pavées d’Amsterdam honorant la mémoire des personnes juives gays et lesbiennes victimes du Troisième Reich. Ces 4 pierres sont les premières des 9 prévues, 5 autres commémorant d’autres victimes LGBTQI+ feront parti du projet et seront encastrées dans les rues pavés d’Amsterdam au mois d’octobre 2021.

Pierre achoppement Pays-bas mémoire victimes gays lesbiennes Seconde Guerre mondiale

Ces pierres sont également, selon des activistes tels que Philip Tijsma, le porte-parole de COC Netherland, une manière de se rappeler de ces personnes qui, bien souvent, n’avaient pas de famille ou d’enfant pour se souvenir d’eux, et donc demander une pierre d’achoppement pour les honorer et leur donner un nom. Les personnes présentent à l’installation de ces quatre premières pierres d’achoppement racontent que se tenir face aux maisons des victimes, dans une rue où ces personnes vivaient, sur le trottoir qu’elles ont pu fouler était un moment très émouvant.

Selon Judith Schuyf, l’historienne à l’origine du projet et interviewée par The Guardian, il y a toujours eu un débat aux Pays-Bas quant à la persécution des personnes gaies et lesbiennes durant la Seconde Guerre mondiale. Selon elle, ces personnes étaient arrêtées parce qu’elles étaient homosexuelles puis envoyées dans des camps de concentration parce qu’elles étaient juives. Dans tous les cas, c’est un événement majeur dans l’évolution de la pensée et la manière dont on raconte l’Histoire. Après tout, nous apprenons des erreurs passées, et nous espérons donc que cette tâche du XXème siècle permettra aux générations à venir de vivre en paix et en harmonie.

Double féminicide : la Belgique sous le choc

C’est une bien triste nouvelle qui nous arrive de chez nos voisins belges. Alors que de nombreuses personnes fêtaient le 15 août (assomption), Nathalie Maillet et Ann Lawrence Durviaux perdaient la vie dans un double féminicide.

Nathalie était la CEO du circuit Spa-Francorchamps et une pilote automobile amatrice. Le 15 août, son circuit accueillait le célèbre Rallye d’Ypres. S’étonnant de son absence, les collègues de la défunte comprennent que quelque chose a dû lui arriver.

En effet, Franz Dubois, le mari de Nathalie Maillet, décidait de tirer sur sa femme qui était en compagnie de son amante, mettant fin à leurs jours. Le meurtrier se suicidera peu après ce double féminicide. D’après plusieurs sources, Franz et Nathalie s’étaient officiellement séparés au début du mois d’août 2021. Nathalie annonçait à son mari un peu plus tôt qu’elle fréquentait Ann Lawrence Durviaux. Une histoire de partage des biens aurait mis le feu aux poudres pour le divorce.

Nathalie Maillet CEO circuit Spa-Francorchamps

Le circuit Spa-Francorchamps rend hommage à sa directrice générale dans un communiqué datant du 15 août. Ce dernier présente une femme forte sur laquelle reposait de nombreux passionnés des sports moteurs, et qui incarnait le visage du circuit.

Le joueur de tennis Fabio Fognini veut rattraper sa maladresse

Fabio Fognini était un athlète italien faisant parti de la délégation italienne envoyée à Tokyo pour les Jeux Olympiques. Fabio loupait un retour et criait une insulte homophobe dans sa langue maternelle. Sorti au troisième tour par le joueur russe Medvedev, son adversaire sortira à son tour en quart de finale.

Fabio Fognini Instagram post explication insulte homophobe

L’italien semble avoir compris son erreur, et présentait ses excuses d’une manière particulière sur les réseaux sociaux peu après la fin du tournoi. En effet, le joueur blâme «la chaleur qui lui serait montée à la tête», avant de qualifier son expression de «stupide». Il enchaînait cependant cette excuse qui semble non-recevable avec les phrases bienveillantes suivantes : «Je ne voulais évidemment pas heurter la sensibilité de quiconque. J’aime la communauté LGBT et je m’excuse pour les bêtises qui sont sorties de ma bouche».

Fabio enchaînait un peu plus tard avec une nouvelle publication sur les réseaux sociaux le montrant à son premier match suivant ceux des Jeux Olympiques portant des bandeaux arc-en-ciel. Dans sa publication, il y attachait simplement le hashtag #loveforall avec un emoji arc-en-ciel.

Le joueur semble vouloir se repentir, même s’il est connu pour lancer des insultes en plein match. Il avait fait l’objet d’une amende suite à des insultes proférées à un arbitre de l’US Open en 2017, tournoi dont il sera expulsé pour cette même raison.

Jeux Olympiques 2021 : les athlètes LGBTQI+ brillent plus que jamais

On vous annonçait le mois dernier que le nombre d’athlètes LGBTQI+ participant aux Jeux Olympiques de Tokyo atteignait des records. La fin de la compétition sonnait le 8 août avec la cérémonie de clôture, nous pouvons donc vous faire un récapitulatif sur les résultats des athlètes arc-en-ciel.

Jeux Olympiques Tokyo 2020 Photo intérieur stade olympique

Dans un premier temps, on sait que la compétition accueillait plus de 175 athlètes LGBTQI+, mais il est possible que ce chiffre soit plus élevé, certain·e·s n’étant peut-être pas encore sorti·e du placard. Parmi les athlètes out connu·e·s, 54 recevaient des médailles.

Voici la liste des athlètes LGBTQI+ qui ont remporté des médailles d’or, ainsi que leur(s) discipline(s) respective(s) :

Tom Daley Jeux Olympiques Tokyo 2020
  • Les françaises Amandine Leynaud et Alexandra Lacabère remportaient l’or au handball féminin.
  • On retrouve Tom Daley que nous avions déjà cité dans notre précédent article des actualités LGBTQI+ du mois dernier. Le britannique remportait l’or dans l’épreuve masculine du plongeon synchronisé.
  • L’irlandaise Kellie Harrington remportait l’or en boxe légère féminine.
  • Les canadiennes Kadeisha Buchanan, Stephanie Labbe, Keilen Sheridan, Quinn et Erin McLeod remportaient la médaille d’or en football féminin.
  • Yulimar Rojas, membre de la délégation du Venezuela remportait une médaille d’or au triple saut féminin.
  • La brésilienne Ana Marcela Cunha remportait l’or dans l’épreuve de natation féminine du 10 kilomètres.
  • La néo-zélandaise Emma Twigg remportait l’or en solo dans l’épreuve de tir à l’arc féminin. La délégation néo-zélandaise ajoutait une autre médaille d’or en rugby féminin avec les All Blacks.
Ana Marcela Cunha brésilienne championne olympique natation féminine 10 kilomètres

La liste des médaillé·e·s étant relativement longue, nous nous limiterons à celles et ceux ayant reçu des médailles d’or. Même si c’est une évidence, nous tenons à préciser que cela n’enlève en rien le mérite de celles et ceux qui ont reçu des médailles d’argent ou de bronze, ainsi que tous les efforts et performances des autres participants.

Et si vous avez apprécié les Jeux Olympiques, vous apprécierez peut-être également les Jeux Paralympiques qui commençaient le 24 août et finiront le 5 septembre prochain. Cet événement accueille également plus d’une vingtaine d’athlètes LGBTQI+.

14 Sénateurs et Sénatrices rappellent à Joe Biden ses promesses

Dans une lettre adressée au début du mois d’août à Antony Blinken, l’actuel Secrétaire d’État des États-Unis, 14 sénateurs et sénatrices lui rappellent les promesses de campagne de Joe Biden. Notamment, ils demandent des actions de la part du gouvernement en faveur des personnes LGBTQI+ demandant l’asile.

Dans cette lettre, les élu·e·s s’interrogent sur deux grands points :

  • Le premier point interroge le gouvernement actuel sur ce qu’il prévoit dans le rétablissement des engagements envers les réfugiés LGBTQI+, ainsi que dans l’accélération de la réinstallation des réfugiés LGBTQI+ les plus à risque et menacés à travers le monde.
  • Le second point demande au gouvernement des réponses sur les progrès effectués au niveau de la stratégie globale de lutte contre les discriminations visant les personnes LGBTQI+ ainsi qu’au niveau de l’intégration des problématiques LGBTQI+ dans la politique étrangère américaine. Ce second point interroge également le Congrès sur les manières dont-il peut aider dans ces efforts, ce qui inclût un Global Equality Fund (Fond Mondial pour l’Égalité).
United States Senate - Lettre 14 sénateurs sénatrices adressée Antony Blinken droits migrants LGBTQI+

Les critiques des actions du gouvernement Biden continuent à se multiplier dans le pays. Beaucoup reprochent notamment au Président élu de se soucier plus du sort des personnes LGBTQI+ à l’étranger que sur le sol américain. Mais la prolongation jusqu’à nouvel ordre du Title 42, une politique initiée par son prédécesseur Donald Trump, soulève également beaucoup de questions.

Cette politique autorise l’expulsion de migrants sans papier en évoquant des préoccupations présumées en matière de santé publique. Ces expulsions dépasseraient le demi-million de personnes depuis le début de l’année 2021.

Joe Biden Président américain devant nombreux drapeaux LGBTQI+

De nombreuses entités font face à ce Title 42. Pour n’en citer que quelques-unes, Amnesty International, Human Rights Watch, Immigration Equality, le National Immigrant Justice Center, …

Toutes accusent le gouvernement américain de prétexter la santé publique pour contourner les lois et traités américains en faveur des réfugiés.

Nous verrons si les questions des sénateurs et sénatrices trouveront réponses satisfaisantes. Mais nous attendons surtout des actions concrètes de la part d’un gouvernement qui promettait d’être plus inclusif.

Le Ministre américain des transports Pete Buttigieg et son mari sont désormais pères !

(Petite erreur de notre part dans le podcast, Pete Buttigieg est Ministre des transports, et non pas Premier Ministre, évidemment.)

Sur une note un peu moins sérieuse mais concernant toujours le gouvernement américain, nous apprenions le mois dernier que Pete Buttigieg et son mari devenaient pères. Pour ceux d’entre vous qui ne suivraient pas l’actualité politique à l’international, Pete Buttigieg est l’actuel Ministre des transports américain. C’est aussi le premier occupant de ce poste ouvertement homosexuel.

Sur les réseaux sociaux Twitter et Instagram, Pete Buttigieg explique leur décision :

«Depuis quelque temps, Chasten et moi-même voulions agrandir notre famille. Nous sommes ravis de vous annoncer que nous sommes devenus parents ! La procédure n’est pas encore achevée et nous sommes reconnaissants pour tout l’amour, le soutien, et le respect de notre vie privée qui nous ont été offerts. Nous sommes impatients de vous en dire plus prochainement».

Sous ce message, de nombreux internautes commentent cet aspect de «procédure», spéculant sur une adoption. C’est ainsi que beaucoup partagent des photos d’eux avec leurs enfants adoptifs, ce qui rend la section des commentaires tout aussi touchante.

On vous tiendra au courant lorsque nous aurons plus de nouvelles, et notamment lorsque la «procédure» terminera et que Pete Buttigieg et son mari accueilleront leur enfant.

Une femme noire trans nommée au Conseil consultatif présidentiel américain sur le VIH/SIDA

C’est encore une première dans l’histoire américaine. Tori Cooper, une femme trans noire était nommée le 4 août au PACHA – le Conseil consultatif présidentiel américain sur le VIH/SIDA.

Le PACHA est un conseil ayant pour but de fournir des conseils, informations, et recommandations au Département de la Santé et des Services sociaux (HHS – Health and Human Services). Ces services concernent notamment les différents programmes, les politiques ainsi que la recherche visant à promouvoir l’efficacité du traitement, de la prévention et la guérison de l’infection par le VIH et SIDA.

Tori Cooper femme trans noire nommée Conseil consultatif présidentiel américain VIH/SIDA

Tori Cooper quant à elle, est une militante luttant contre le VIH et pour les droits des personnes trans. Elle est notamment la directrice de l’engagement communautaire (Director of Community Engagement) dans la Transgender Justice Initiative du groupe de lobbying Human Rights Campaign. Elle est aussi la fondatrice de sa propre agence de conseil, Advocates for Better Care Atlanta LLC.

Dans une entrevue avec NBC News, Tori Cooper déclarait qu’elle a débuté son combat il y a trois décennies, et veut devenir une voix pour les personnes trans, non-binaires, et personnes «expansives en termes de genre» afin qu’elles soient entendues. La militante souhaite également que les politiques mise en place et le mouvement de lutte contre le VIH soient plus inclusifs à l’avenir.

Dans un communiqué de presse publié sur le site de Human Rights Campaign, Tori Cooper annonçait : «Je ne pourrais être plus fière de faire partie du Conseil consultatif présidentiel sur le VIH/SIDA. Nous sommes honorés et ravis que l’administration Biden-Haris reconnaisse l’importance d’inclure les personnes trans, en particulier les femmes trans noires, dans ce travail qui sauve des vies. Je suis impatiente de défendre les intérêts de toutes les personnes trans et non-binaires, y compris celles qui vivent avec le VIH. Ce travail n’a jamais été aussi crucial, et j’ai hâte de travailler avec mes collègues de PACHA pour contribuer à mettre un terme à l’épidémie du VIH».

Suite à des rumeurs, Kristie Mewis et Sam Kerr officialisent leur relation

Juste avant que les Jeux Olympiques de Tokyo débutent, une rumeur circulait sur la toile. Cette dernière affirmait que les deux joueuses de football Kristie Mewis et Sam Kerr étaient en couple.

Kristie Mewis est une joueuse qui représentait les États-Unis à Tokyo, tandis que Sam Kerr faisait parti de la délégation australienne. Le destin a voulu que leurs équipes se rencontrent dans les phases finales et se disputent la médaille de bronze. Les rumeurs sont revenues de plus belle lorsque Kristie Mewis venait réconforter son opposante suite à la défaite (4-3) de son équipe. Complices, les deux joueuses restaient assises dans l’herbe avant de s’embrasser sur le terrain.

Quelques jours plus tard, la relation des deux joueuses était rendue publique sur les réseaux sociaux via le compte de l’australienne. De nombreuses personnes et entités ont félicité les amoureuses en plaisantant que la photo des deux est une parfaite représentation de l’esprit sportif. On leur souhaite beaucoup de bonheur et de réussite dans leur couple ainsi que dans leurs équipes respectives !

L’acteur trans Elliot Page reçoit le prix Outfest Annual Achievement

Dans un article datant de décembre 2020, nous vous avions parlé du coming out de Elliot Page. En effet, la star de Juno effectuait sa transition de femme à homme le 2 décembre dernier. Le mois dernier, l’acteur était mis à l’honneur dans le festival du film LGBTQI+ Outfest.

Le prix de l’Outfest Annual Achievement récompense Elliot Page pour sa carrière artistique, mais également pour ses engagements pour les personnes LGBTQI+. Lors de la remise de son prix, l’acteur donnait crédit à un film en particulier : «But I’m a cheerleader» (Mais je suis une pom-pom girl en français). Le film de 1999 raconte l’histoire de Megan, une jeune adolescente brillante qui est envoyée par ses parents à True Directions, un camp proposant des thérapies de conversion.

L’acteur se rappelait avoir 15 ans, et évoque le fait que «les dialogues ainsi que les scènes de ce film ont transformé ma vie» avant d’ajouter «Je pense presque qu’on ne parle pas assez de l’importance qu’a la représentation, ni du nombre de vies qu’elle sauve et le nombre de futurs qui sont permis grâce à elle».

Acteur trans Elliot Page après transformation

Elliot Page précisait également qu’il est plus que jamais important de voir les voix des personnes LGBTQI+ amplifiées et représentées dans les films et médias, et que toutes et tous entendent les histoires de ces personnes. Un beau message d’espoir pour toutes les personnes encore victimes de discriminations et d’incompréhensions.

DC Comics sort (enfin) Robin du placard

Après des années laissant les fans s’interroger et supposer, DC Comics met enfin un terme à l’un des plus grands secrets de polichinelle de ses histoires. Là où certains fans se trompaient, c’est que Robin n’est pas homosexuel, mais bisexuel !

Dans le sixième numéro de Batman : Urban Legends, le troisième Robin (Tim Drake) fait enfin son coming out. Après avoir sauvé son ami Bernard, ce dernier propose à Robin un «date». Bien que trop peu sûr de lui, Robin accepte officialisant sa bisexualité. C’est un tournant pour le bras droit de Batman qui faisait l’objet de spéculations sur sa sexualité qui n’étaient pas toujours bienveillantes. Il faut évidemment nuancer l’impact de ce dialogue en lui-même. C’est surtout ce que DC Comics fera par la suite qui déterminera ce que les lecteurs en penseront. Pour l’instant, ce n’est qu’une bulle de dialogue tout en bas d’une page de bande dessinée.

Batman : Urban Legends scène du coming out Robin

Le dialogue, pour celles et ceux d’entre vous qui pourraient avoir du mal à comprendre la langue de Shakespeare, est le suivant :

  • Bernard : «Tim ? Sa-Salut ! Je suis content que tu sois là. J’avais l’intention de – je veux dire – je voulais dire…»
  • Tim (Robin) : «Bernard, attend une seconde. Laisse-moi parler.» Tim poursuit : «Je suis vraiment content que tu sois bien rentré. J’étais soulagé, et j’ai beaucoup réfléchi à cette nuit, et je – je ne sais pas ce que ça signifie pour moi, pas encore. Mais j’aimerais le découvrir.
  • Bernard : «J’espérais que ce serait le cas. Tim Drake… Veux-tu sortir avec moi ?»
  • Tim : «Ouai… Ouai, je pense que je veux ça.»

Ce dialogue verra une suite dans le dixième numéro de Batman : Urban Legends, ce qui vous laisse le temps de vous mettre à jour avec l’histoire si vous le désirez.

Le patron de cosmicsblog.fr reconnaît cependant «un pas en avant en terme de représentation pour les communautés LGBT» tout en ajoutant que «les éditeurs de comics ont toujours été à l’avant-garde, que ce soit sur les questions de diversité ou d’égalité femmes-hommes». On peut donc certainement s’attendre à ce que les autres bandes dessinées et mangas «mainstream» suivent l’exemple et s’ouvrent à leur tour à des possibilités non-explorées jusqu’à présent.

Afghanistan : les personnes LGBTQI+ à risque avec l’arrivée au pouvoir des talibans

Le monde entier avait les yeux rivés vers l’Afghanistan ces dernières semaines. En effet, l’armée américaine quittait définitivement le pays le 31 août. Ce qui inquiète beaucoup, c’est surtout le retour des talibans au pouvoir. Après une offensive éclair, ces derniers pénétraient dans Kaboul, la capitale du pays, le 15 août et prenaient le pouvoir.

UNHCR Haut Commissariat Nations Unies Réfugiés camp aide humanitaire Afghanistan

Alors que le porte-parole des talibans promettait que leur arrivée au pouvoir ne serait pas synonyme de violations des droits de l’homme, de nombreuses exactions étaient rapportées aux organisations défendant ces mêmes droits. Les regards sont tournés vers les personnes ayant aidé les Occidentaux, les femmes et filles afghanes, mais également toutes les personnes des minorités religieuses et LGBTQI+ qui sont aujourd’hui en danger de mort. Toutes et tous se ruaient vers l’aéroport de Kaboul, mais une infime fraction des personnes voulant quitter le pays étaient accepté·e·s.

Selon des témoignages reçus par des associations de défense des droits de l’homme, les talibans réservent aux homosexuels deux traitements bien distincts. Le premier est la lapidation. Le second est de les placer devant un mur, et le faire écrouler sur eux. Malgré deux traitements différents, c’est une peine capitale pour ces personnes faisant parti des minorités sexuelles. Le pays n’offre aucune protection aux personnes LGBTQI+, et la loi ne contient aucun article défendant leurs droits. Les Nations Unies, par l’intermédiaire du UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés), faisaient part de leur inquiétude sur la crise à venir pour le pays.

Elles font notamment appel aux nouveaux dirigeants pour garder les frontières du pays ouvertes pour que la communauté internationale puisse faire parvenir des aides humanitaires nécessaires à la population locale. Le Haut Commissariat appelle également les pays à ne pas tourner leur dos lorsque les forces Occidentales auront quitté le pays. En effet, la dure réalité de millions d’afghanes et afghans ne sera plus aussi visible, mais sera toujours bien présente. Les Nations Unies estiment que près d’un demi million de personnes pourraient fuir le pays d’ici à la fin de l’année.

UNHCR Haut Commissariat Nations Unies Réfugiés Photo afghans déplacés par conflits

Cet exode pourrait créer des problèmes et engorger des camps de réfugiés déjà plus que complets. On voit également de nombreux pays refuser de plus en plus de demandeurs d’asile, et notamment les personnes LGBTQI+ et minorités religieuses. Quel avenir réserve-t-on aux personnes LGBTQI+ et toutes les autres restées en Afghanistan ?

Taïwan : un taîwanais et macanais se marient après leur victoire en procès

Il y a deux années, la petite île située au Sud-Est de la Chine et entre le Japon et les Philippines légalisait le mariage pour toutes et tous. C’était le premier pays d’Asie à légaliser ces unions entre personnes de même sexe.

Là où cette reconnaissance est un peu plus compliquée qu’il n’y paraît, c’est qu’elle n’autorise les couples de même sexe à se marier que si les deux conjoint·e·s viennent de pays qui reconnaissent également ces unions. Et c’était là tout le problème pour Ting Tse-Yen et Leong Chin-Fai.

En effet, le second vient de Macao, ancienne île portugaise jusqu’à 1999, et depuis devenue une région administrative spéciale de la République Populaire de Chine. L’île de Macao ne reconnaît pas (encore) les unions entre personnes de même sexe, ce qui semblait donc empêcher les deux amoureux de se marier. Ils avaient d’ailleurs vu leur demande rejetée en 2019. Mais le couple faisait appel en justice et gagnait son procès, les autorisant à se marier. Ils s’échangeaient leurs alliances le 13 août dernier.

Ting Tse Yen et Leong Chin Fai couple taiwanais macanais autorisé marier suite victoire procès

Autre complication dans cette affaire, c’est le fait que le verdict ne concerne uniquement que Ting Tse-Yen et Leong Chin-Fai. Il y a donc une obligation pour tous les autres couples de lancer la même procédure pour (éventuellement) obtenir les mêmes droits.

Les personnes LGBTQI+ et les nombreuses associations de défense des droits de l’homme et LGBTQI+ étaient donc mitigées par rapport à ce verdict. Elles demandent notamment à ce que le verdict donné soit valide pour tous les autres, en justifiant qu’aucune discrimination n’est faite pour un couple hétérosexuel, et ce peu importe la nationalité du ou de la partenaire. Nous entendrons donc certainement à nouveau parler de cette affaire le jour où Taïwan rendra vraiment légal le mariage pour toutes et tous.

Taïwan ne participera pas aux Gay Games 2022

Une autre nouvelle de la petite île du Pacifique, mais cette fois-ci plutôt triste. Taïwan annonçait que sa délégation ne participera pas aux Gay Games de novembre 2022. Après la ville de Paris qui accueillait la 10ème édition, les onzièmes Gay Games se tiendront à Hong-Kong.

La Région Administrative Spéciale chinoise était retenue pour accueillir ces Jeux au détriment des villes de Washington D.C. (États-Unis) et Guadalajara (Mexique). Mais la récente loi de sécurité nationale de Hong-Kong (Hong-Kong National Security Law passée le 30 juin 2020) fait peur. La péninsule en face de Shenzhen voit ses libertés acquises durant l’ère coloniale britannique largement restreintes à cause de cette loi. La nouvelle législation permet l’arrestation arbitraire de personnes allant à l’encontre de Pékin, ainsi que la déportation vers la Chine continentale des personnes arrêtées. C’est notamment pour cette raison que Taïwan juge trop risqué d’y envoyer ses athlètes arc-en-ciel.

Gay Games 11 - Hong-Kong 2022 - Unity in diversity

Le président de la Taiwan Gay Sports and Movement Association déclarait à l’AFP : «Nous avons décidé de ne pas envoyer notre délégation nationale puisque nous ne pensons pas pouvoir participer sous le nom de Taïwan, mais également pour assurer la sécurité personnelle de nos athlètes». Taiwan sera donc le seul pays d’Asie ayant rendu le mariage entre personnes de même sexe légal qui n’assistera pas à ces Gay Games.

Cette nouvelle n’est pas vraiment surprenante. En effet, le nom de la délégation taïwanaise (Chinese Taipei) lors des derniers Jeux Olympiques de Tokyo faisait déjà largement débat sur la scène internationale. Le fait que Taïwan ne puisse pas non plus utiliser son propre drapeau, ou faire résonner son hymne lors des victoires de ses athlètes est également très controversé. Cette polémique se poursuit donc jusqu’au Gay Games 2022 qui se dérouleront sur le territoire chinois.

Partager cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Cet article des actualités LGBTQI+ d’août 2021 se termine ici. Si vous appréciez ce contenu gratuit, n’hésitez pas à le partager et/ou laisser votre avis dans la section des commentaires !

Si vous souhaitez recevoir automatiquement nos futures newsletters mensuelles vous informant des récentes actualités LGBTQI+, vous pouvez également remplir le formulaire suivant.

En vous inscrivant à notre newsletter via ce formulaire, vous acceptez de recevoir des e-mails mensuels de la part de Drapeau-LGBT.fr

Pour ceux qui souhaitent poursuivre leur lecture, nous vous invitons à vous rendre sur notre blog pour y découvrir tous nos articles. Pour ceux qui souhaitent nous soutenir dans nos travaux de recherche et rédaction tout en vous faisant plaisir, la boutique vous propose de nombreux produits arc-en-ciel pour vous et vos proches.

S'abonner à notre Newsletter

* Champs requis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0