Les actualités LGBTQI+ du mois d’octobre 2021

Fidèles au poste, voici notre article répertoriant les actualités LGBTQI+ majeures datant du mois d’octobre 2021. Un peu plus court que d’habitude, il n’en reste pas moins rempli d’actualités qui peuvent vous concerner de près ou de loin.

Mais avant de commencer, un petit rappel : notre équipe est toujours à la recherche de personnes volontaires pour des témoignages sur leurs expériences en tant que personnes LGBTQI+ ou allié·e·s. Si vous avez donc quoi-que-ce soit à partager, n’hésitez pas à nous envoyer un message directement à drapeau.lgbt@gmail.com. Nous attendons avec impatience vos messages et recontacterons les plus pertinents pour des futurs podcasts et articles.

En attendant, nous vous souhaitons une bonne lecture. N’oubliez pas que la version audio de cet article est également disponible.

Drapeau-LGBT.fr actualités LGBTQI+ octobre 2021

Faut-il abolir le genre ? Le documentaire de ARTE

Début du mois d’octobre, ARTE publiait via son programme télévisé Vox Pop un documentaire sur les identités de genre. Dans cette émission de près d’une demi-heure, la chaîne revient sur les nombreuses identités de genre qui se sont déclinées ces dernières années. Pour ce faire, ARTE nous emmène notamment en Suède, pays où l’égalité hommes-femmes et l’inclusivité sont jugées les plus avancées au sein de l’Union Européenne.

Les principaux sujets abordés brièvement sont le phénomène des identités de genre, les différents pronoms, les actions éducatives et gouvernementales en faveur des personnes LGBTQI+, mais également les conséquences des actions ou inactions sur les personnes non-binaires. Dans ce cadre, ARTE interview des invités tels que Lann Hornscheidt, une professeur en études de genre et analyse linguistique, ainsi que Pablo De Lora, un philosophe basé à l’université autonome de Madrid.

Pour celles et ceux d’entre vous qui seraient intéressés par le sujet de l’identité de genre, nous trouvions intéressant de vous partager ce documentaire. Il sera une bonne introduction sur la question d’après plusieurs points de vue qui peuvent diverger. Pour les autres, c’est notamment l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce qui peut se faire en dehors des frontières de l’Hexagone.

L’Assemblée Nationale vote à l’unanimité contre les thérapies de conversion

Petit retour sur un sujet que nous avions évoqué dans notre article des actualités LGBTQI+ du mois dernier. L’Hémicycle français statuait sur les thérapies de conversion en début de mois d’octobre 2021. Et le résultat est plus que satisfaisant : le projet présenté par LREM et mené par Laurence Vanceunebrock passera à l’unanimité dans l’Hémicycle en première lecture.

Il existe déjà en France des peines contre les violences, le harcèlement, la discrimination, … visant les personnes LGBTQI+. Un nouveau délit viendra renforcer le soutien aux personnes victimes des thérapies de conversion. Sera passible de deux années d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende toute «pratique comportementale ou propos répétés visant à modifier ou réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre ayant pour effet une altération de sa santé physique ou mentale».

Cette sanction pourra être revue à la hausse et atteindre trois années de prison et 45 000 euros d’amende pour des cas de circonstances aggravantes. Cette peine alourdie concerne notamment les cas où la victime est mineure, ainsi que les personnes dépendantes.

Bien évidemment, il faudra que le texte soit validé par le Sénat, et ce en approche des présidentielles. La France pourrait cependant devenir l’un des premiers pays de l’Union Européenne à interdire ces pratiques, juste après Malte et l’Allemagne. À noter que d’autres pays proches semblent également emprunter ce chemin, nommément les Pays-Bas, ainsi que le Royaume-Uni (même si ce dernier ne fait plus parti de l’Union Européenne).

Harcèlement scolaire : le suicide de Dinah émeut la France

La nuit du 4 au 5 octobre, une jeune lycéenne de 14 ans scolarisée en seconde à Mulhouse était retrouvée pendue à son domicile familial. Un drame pour les quatre autres membres de la famille qui perdaient une fille ou une sœur. Mais qu’est-ce qui a pu pousser une personne si jeune à un acte si extrême ? Il semble que ce soit le harcèlement scolaire lié à son orientation sexuelle et ses origines auquel la victime faisait face.

Le dimanche 21 octobre, une marche était organisée en l’honneur de l’adolescente. Plus d’un millier de personnes se rassemblaient pour qu’elle repose en paix, mais également alerter sur les dangers du harcèlement dans les écoles. De son côté, la procureure de la République de Mulhouse Edwige Roux-Morizot lançait une enquête pour déterminer les causes de la mort de l’adolescente. Pour elle, le harcèlement ne serait à présent qu’une hypothèse.

Enfant cache visage honte bully

Il est bien connu qu’une personne LGBTQI+ a bien plus de chances d’être victime de discriminations et harcèlement qu’une autre rentrant dans le modèle binaire et hétérosexuel de notre société. SOS Homophobie, dans son rapport sur les LGBTphobies 2021, rapporte des chiffres alarmants dans les milieux scolaires.

Notamment, on voit une majorité des actes LGBTphobes prendre place dans les collèges et lycées (73 % des incidents rapportés). Parmi les principaux facteurs contribuant aux discriminations et violences, on retrouve notamment les réseaux sociaux permettant aujourd’hui un harcèlement prolongé jusqu’au sein du domicile familial.

Plus inquiétant encore, les parents de l’adolescente faisaient remarquer qu’ils avaient alerté à plusieurs reprises le corps enseignant. Ces derniers auraient pourtant minimisé les discriminations et le harcèlement dont était victime Dinah. Une question se pose donc quant au milieu scolaire, aussi bien dans les campagnes de prévention que dans les formations dispensées au corps enseignant pour répondre à ces problèmes.

Agression homophobe d’un jeune dans l’Essonne

Une enquête était ouverte dans la première moitié du mois d’octobre suite à l’agression le 30 septembre à Montgeron d’un jeune de 17 ans. Selon la victime, le motif de l’agression serait de nature homophobe. En effet, le mineur dénonçait une agression basée sur son apparence et des insultes prononcées par les agresseurs telles que «PD».

Photo noir et blanc femme piercing nez

Le groupe d’agresseurs composé d’une dizaine d’individus comparait en justice pour «violences aggravées par trois circonstances, en réunion, et à raison de l’orientation sexuelle supposée et par personne dissimulant son visage».

Dans la vidéo en deux parties qui circulait sur les réseaux sociaux, on pouvait directement voir le déroulement de l’agression. Venant à la défense de la victime, une femme et un homme tente de stopper le groupe d’agresseurs. À savoir que les auteurs de la vidéo sont également recherchés par les forces de l’ordre, le fait d’enregistrer et diffuser de telles images étant pénalement condamnable.

Yves Saint-Laurent a un nouveau visage : le mannequin trans Chella Man

C’est une première pour la marque de luxe française Yves Saint-Laurent. Leur nouvelle égérie est Chella Man, un activiste américain trans sourd, mannequin, acteur et vidéaste. Il est notamment connu pour militer en faveur des personnes sourdes. Et c’est exactement pour cela qu’il deviendra le nouveau visage de la marque YSLBeauty.

Dans sa vidéo postée sur la plateforme Instagram et réalisée pour YSLBeauty, le jeune trans de 22 ans présente la première collection de la marque conçue pour les personnes sourdes, et plus particulièrement sa propre ligne appelée Beauty of Being Deaf (La beauté d’être sourd·e). Cette collection propose des produits cosmétiques qui seraient «propres et durables».

Mais l’acteur montre également fièrement son corps après sa transformation. Il insiste notamment sur le fait que les cicatrices liées à son changement de sexe et derrière les oreilles sont une fierté : «My scars are my signature. What do you bare proudly?» («Mes cicatrices sont ma signature. Et vous, que portez-vous fièrement ?»).

Thérapies de conversion au Royaume-Uni : vers une alourdissement des peines ?

Le 29 octobre, le gouvernement britannique présentait un projet afin de lutter contre les thérapies de conversion et en dissuader la pratique. De par cette nouvelle infraction pénale, Londres souhaite que les peines soient alourdies et aillent jusqu’à cinq années d’emprisonnement. Ces nouvelles peines s’appliqueraient surtout lorsque les victimes sont des personnes mineures, mais également pour les majeures qui auraient été forcées, ou n’auraient pas eu pleinement conscience des conséquences de ces pratiques.

Marche des fiertés canadienne - Progressive Pride flag avec mots nban conversion therapy // Credit photo : Michaela Neuman Photography

Porté par Liz Truss, la Secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, au Common Wealth et au développement du Royaume-Uni, ce projet propose également des fonds pour venir en aide aux victimes des thérapies de conversion, ainsi qu’une ligne d’assistance téléphonique. Le projet prévoit également de statuer sur la promotion des pratiques, réguler voire supprimer les sources de profits des organismes les mettant en place, des régulations pour empêcher ces pratiques sur les ressortissants du Royaume-Uni à l’étranger, … Les débats tournant autour de ce projet commençaient donc le 29 octobre par six semaines de consultations gouvernementales intitulées «Banning conversion therapy» prenant fin le 10 décembre. Ce lien vous renverra vers une page en anglais contenant les informations et différents supports relatifs à ces consultations.

Les résultats de ces consultations seront donc connus à la fin de l’année. Le gouvernement britannique compilera les données et l’Equality Hub sera en charge de préparer et rédiger le projet de législation final pour le printemps 2022. Le projet sera ensuite inclut au calendrier parlementaire pour être débattu. Les personnes LGBTQI+ britanniques devront donc patienter encore un peu avant de voir les choses bouger.

La loi italienne «Zan» n’obtient pas l’approbation du Sénat

Le projet de loi «Zan», porté par Alessandro Zan, se retrouvait au Sénat italien. Cette loi visant à lutter contre l’homophobie avait déjà été évoquée dans notre article du mois de juin par le fait que le Vatican souhaitait s’interposer. En effet, l’Italie et le Vatican sont deux États distincts, et la pression qu’exerçait le Vatican était sans précédent dans les relations diplomatiques entre les deux pays.

Fort est de constater que cette pression aura certainement desservi toutes les personnes LGBTQI+ italiennes. En effet, le Sénat votait récemment contre ce projet avec 154 voix contre 131, se basant notamment sur une potentielle atteinte à la liberté d’expression.

Et, conformément à la loi en vigueur dans le pays, il faudra attendre 6 mois supplémentaire avant qu’elle puisse repasser devant le Sénat. Un chapitre de l’Italie qu’Alessandro Zan qualifiait de «page noire pour la démocratie et les droits».

Chambre des députés italienne pendant session de vote - drapeaux de l'Italie

Nous n’avons plus qu’à attendre une demi-année de plus pour que le pays puisse éventuellement revenir à ses sens. Le Vatican et sa volonté de protéger une structure familiale traditionnelle pèsera peut-être moins dans le second vote. C’est en tout cas ce que l’on peut espérer pour toutes les personnes LGBTQI+ vivant dans ce pays frontalier à l’Hexagone.

L’athlète Tom Daley engagé face aux pays appliquant la peine de mort pour les personnes homosexuelles

L’athlète arc-en-ciel et médaillé d’or des Jeux olympiques de Tokyo recevait le Sport Award à la cérémonie des Attitude Awards. Cet événement, organisé par le média LGBTQI+ britannique du même nom, Attitude, lui offrait la possibilité de continuer son combat pour les droits des minorités dans le monde. Et il n’a certainement pas raté cette occasion pour se démarquer à nouveau.

Dans son discours de remerciement, Tom Daley remercie évidemment son partenaire de plongeon synchronisé, mais également son mari et fils. Il continue par évoquer le fait que les Jeux olympiques n’ont jamais vu autant d’athlètes out que ceux de Tokyo, un grand pas en avant selon ses dires.

Enfin, il terminera par annoncer que sa mission sera d’essayer d’interdire aux 10 pays condamnant à mort l’homosexualité de participer à cet événement quadriennal. Il appelle également à ce que ces pays ne soient pas autorisés à accueillir des Jeux olympiques, tout en dénonçant la situation catastrophique des personnes LGBTQI+ au Qatar, prochain pays hôte des Jeux.

Le nouveau Superman de DC Comics sera bi

Le 11 octobre, DC Comics faisait une annonce qui semble suivre le mouvement général. Après Robin qui sortait du placard en août, c’est au tour du nouveau Superman. Jon Kent, fils du Superman originel, de révéler sa bisexualité dans une nouvelle bande dessinée qui sortira courant novembre.

C’était une rumeur lancée aux États-Unis depuis le mois d’août, désormais confirmée par DC Comics. Selon Tom Taylor, l’auteur de la bande dessinée, «le symbole de Superman a toujours été l’espoir, la vérité ainsi que la justice. Ce symbole est aujourd’hui quelque chose de plus, et davantage de personnes pourront se reconnaître dans le super-héros le plus puissant de la bande-dessinée».

Superman DC Comics coming out bisexuel

Mais nous allons éviter de vous spoil plus de contenu de la prochaine bande dessinée, ne serait-ce que pour celles et ceux d’entre vous qui auraient envie de la découvrir par eux et elles-mêmes. On notera cependant une chose : DC Comics semble vouloir introduire des personnages LGBTQI+ dans leurs aventures. Cela contribue énormément à la visibilité des minorités, que ce soit en terme d’identité de genre ou attirance sexuelle. Une question subsiste : qui sera le prochain ou la prochaine ?

L’État de la Californie et ses magasins aux rayons non-genrés

C’est une initiative novatrice de la part du député Evan Low. Ce dernier proposait une loi visant à rendre les rayons des grands magasins non-genrés dans l’État de la Californie. Et le 9 octobre, la bonne nouvelle tombait : son projet de loi était promulgué et rentrera donc en vigueur à partir de janvier 2024. Soit, c’est encore loin, mais c’est un pas de plus dans cet État déjà avant-gardiste à l’échelle du pays en matière d’inclusivité.

Ce projet de loi concernera les magasins employant un minimum de 500 personnes. Dans les faits, les différentes enseignes devront s’assurer d’avoir des stocks de produits «neutres», et devront allouer certaines zones et rayons à ces produits. Pour les réfractaires, leur manquement pourra résulter en une sanction sous forme d’amende.

Le porteur de cette loi déclarait dans le Los Angeles Times que l’initiative permettrait par exemple de retirer la stigmatisation présente dans les rayons de jouets pour enfants. On pourrait plus facilement voir une petite fille se diriger vers un camion de pompiers ou une voiture de police, tandis qu’un petit garçon pourrait parfaitement vouloir posséder une dinette.

Photo passage piéton arc-en-ciel drapeau LGBT West Hollywood Californie

Cela peut paraître banal, mais des vocations pourraient naître chez des jeunes en bas âge et aider à une parité dans le monde du travail. On peut cependant nuancer ce constat, les pays les plus inclusifs au monde montrant une séparation dans les différents métiers qui est encore plus forte qu’ailleurs selon une classification binaire des genres. Dans tous les cas, ne pas assigner de genre à un produit aidera certainement à faire naître une nouvelle mentalité chez les jeunes générations, qui, à leur tour, pourront contribuer à créer un futur plus inclusif pour toutes et tous.

Justin Trudeau souhaite interdire les thérapies de conversion

Alors que le Premier ministre canadien et son nouveau gouvernement se préparent à la rentrée parlementaire du 22 novembre, une promesse concernant les personnes LGBTQI+ semble lui tenir particulièrement à cœur.

Drapeau Canada arc-en-ciel

Alors que le projet a déjà été évoqué à plusieurs reprises, Justin Trudeau semble déterminé à en finir une bonne fois pour toute avec les thérapies de conversion dans le pays. En juin 2021, nous vous avions annoncé que le parlement adoptait l’interdiction des thérapies de conversion. Il semble que ce ne soit cependant pas encore le cas du projet de loi qui devait passer devant la Chambre Haute.

Une occasion de revoir la proposition pour le gouvernement de Trudeau et mettre un terme aux thérapies qui concerneraient des dizaines de milliers de canadiens tous les ans. C’était une des promesses de campagne faite par le Parti Libéral en 2019. Il ne reste plus qu’à espérer que ce texte passera, ainsi que les réformes prévues en matière de lutte contre le changement climatique.

Le Panama sanctionné par la FIFA pour chants homophobes

Le monde du football est considéré par certains comme une religion. Pour d’autres, c’est un monde qui est plutôt rempli de vices. Pour cette actualité, la base se situe plutôt dans la seconde vision du sport. En effet, le Panama, un pays d’Amérique centrale, se voit sanctionné à cause de chants homophobes.

Cette actualité vient ternir l’image du pays qui, lors de son prochain match de qualification pour la Coupe du monde, devra jouer sans ses supporters dans les tribunes. C’est la sanction imposée par la FIFA suite à des rencontres où des supporters du Panama transgressaient les valeurs de la Fédération qui condamne les discriminations sous toutes leurs formes, en tout lieu et domaine. À cette sanction vient s’ajouter une autre de nature financière. Le Panama devra en plus payer une amende qui s’élève à un peu plus de 45 000 euros.

Ballon football arc-en-ciel drapeau LGBT

Le Panama est un pays dans lequel les personnes LGBTQI+ ne disposent pas des mêmes droits que les personnes binaires et hétérosexuelles. Il en va de même pour les couples qui bénéficient de très peu de protection juridique face aux discriminations, et ne disposent pas d’accès légal à l’adoption. Il n’y a plus qu’à espérer que ce pays prenne exemple sur certains de ses voisins mettant en place des politiques de plus en plus inclusives.

Mounir Baatour, président de Shams, condamné à un an de prison

Venant de l’autre côté de la méditerranée, nous apprenions la condamnation du président et co-fondateur de l’association LGBTQI+ Shams, Mounir Baatour, à une année de prison. Ce dernier déclarait sur sa page Facebook qu’il venait «d’être condamné à une année de prison ferme, mille dinars d’amende (équivalent à environ 300 euros), ainsi qu’à deux années de contrôles administratifs pour des propos blasphématoires envers le prophète Mahomet». Mounir Baaatour nie cependant avoir tenu ces propos.

Mounir Baatour président co-fondateur association Shams

Depuis 2019, M. Baatour a quitté son pays pour venir trouver refuge en France suite à des menaces. En effet, la Tunisie étant un pays avec une majorité de musulmans, une partie de la population prenait très mal l’assimilation du prophète Mahomet à des idées telles qu’il était un obsédé sexuel. Malgré le fait que Mounir Baatour nie en être l’auteur, cela n’empêche pas le président de Shams d’être aujourd’hui en danger, et de devoir choisir l’exil.

Depuis une dizaine d’années, la Tunisie voit de nombreuses personnes LGBTQI+ sortir du placard. Cela est notamment encouragé par des ONG locales défendant les droits des minorités. Mais cela n’empêche pas le pays d’être gouverné par un président qui refuse de dépénaliser l’homosexualité. La Tunisie n’autorise pas les mariages entre couples homosexuels, et la population majoritairement arabe est également décrite comme transphobe et LGBTphobe par des nombreuses entités militant pour les droits des personnes LGBTQI+ sur place.

L’Australien Josh Cavallo fait son coming out

C’est certainement le coming out le plus médiatisé de ces dernières semaines. Le sportif australien Josh Cavallo, évoluant en première division à l’Adelaide United Football Club, sortait du placard. Il devenait ainsi le premier athlète évoluant dans cette division en étant ouvertement homosexuel. Sur la page des réseaux sociaux de son club, il publiait une vidéo émouvante dans laquelle il explique que «c’est OK d’être gay et jouer au football», une lueur d’espoir pour de nombreuses personnes à travers le monde.

Le sportif recevait un soutien immense de la part de la communauté internationale, et notamment par des footballers de renommée mondiale tels que Gérard Piqué, Antoine Griezmann, ou encore Zlatan Ibrahimovic. Par son coming out, Josh Cavallo veut surtout promouvoir l’acceptation dans le football. Il y a certainement encore beaucoup à faire, même si le monde du sport semble bouger pas à pas dans une direction plus inclusive.

En Nouvelle-Zélande, Laurel Hubbard est nommée sportive de l’année

À nouveau, une actualité venait bouleverser le monde du sport. Cette fois-ci, c’est en Nouvelle-Zélande qu’une grande première avait lieu. L’haltérophile trans et athlète olympique Laurel Hubbard était nommée sportive de l’année par l’Université d’Otago. Chaque année depuis plus d’un siècle, l’Université organise les Blues Awards récompensant des athlètes pour leurs performances. C’est cependant la première fois que le prix de meilleure sportive de l’année sera décerné à une personne trans.

Laurel Hubbard deux médailles argent gagnées compétition 2017

Laurel Hubbard semble enchaîner les premières : nous l’avions déjà mentionnée avant les Jeux olympiques de Tokyo comme la première athlète participante trans de la compétition. En effet, malgré une autorisation pour les personnes trans à participer depuis 2004, elle était la première à le faire. Et la sportive s’est illustrée avec brio durant l’événement malgré le fait qu’elle n’ait pas remporté de médaille pour la Nouvelle-Zélande.

Les athlètes trans continuent à faire débat un peu partout. On a pu le voir avec les États-Unis, la population semble très divisée sur le sujet qui prend de l’ampleur au fil des années. Les Jeux olympiques de Tokyo sont certainement l’événement qui donna de l’espoir aux sportifs et sportives LGBTQI+ à travers le monde.

Partager cet article sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Cet article des actualités LGBTQI+ du mois d’octobre 2021 se termine ici. Si vous appréciez le contenu gratuit que nous vous proposons, n’hésitez pas à le partager et/ou laisser votre avis dans la section des commentaires !

Si vous souhaitez recevoir automatiquement nos futures newsletters mensuelles vous informant des récentes actualités LGBTQI+, vous pouvez également remplir le formulaire suivant.

En vous inscrivant à notre newsletter via ce formulaire, vous acceptez de recevoir des e-mails mensuels de la part de Drapeau-LGBT.fr

Pour ceux qui souhaitent poursuivre leur lecture, nous vous invitons à vous rendre sur notre blog pour y découvrir tous nos articles. Pour ceux qui souhaitent nous soutenir dans nos travaux de recherche et rédaction tout en vous faisant plaisir, la boutique vous propose de nombreux produits arc-en-ciel pour vous et vos proches.

S'abonner à notre Newsletter

* Champs requis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
0